Des yeux de loup, Alice Parriat, L’école des loisirs

Des yeux de loup, Alice Parriat, L’école des loisirs

Un premier roman saisissant par son écriture envoûtante, juste et délicate qui relate un premier amour adolescent au creux de la forêt

Quand Volga croise les yeux de loup de Mado, quelque chose d’inextricable s’insinue en elle. La lycéenne, surnommée gentiment « sorcière » par ses pairs, vient de « perdre » Sibil son amie d’enfance partie dans les bras d’un garçon. Elle se console en parcourant la forêt en quête d’une louve aperçue avec sa mère, mais ne cesse de penser à Mado : la nouvelle « étrangère », la fille du patron de la scierie venu serrer les vis dans la seule usine qui fait vivre le village, le bouc émissaire du lycée. C’est pourtant Mado qui fait le premier pas en rejoignant Volga sur son territoire. Les deux filles s’apprivoisent au creux de la forêt, se dévoilent avec discrétion et s’aiment naturellement.

Une dimension poétique dans une atmosphère rude

Des yeux de loup, Alice Parriat, L'école des loisirs, Médium +, 166 pages, 14 €.
166 pages, 14 €.

Les histoires d’amour adolescentes sont à l’image des premières fois : exclusives, pures, authentiques. Celle que vit Volga avec Mado s’inscrit dans cette période instable, mouvante, où les corps se métamorphosent et les émois s’imposent sans crier gare. Leur attirance l’une vers l’autre est subtilement suggérée, leurs baisers furtivement évoqués et leur amour enveloppé par une nature omniprésente.

Ce qui fait aussi la force de ce roman, c’est son écriture qui envoûte le lecteur. Elle le happe et ne le lâche pas en instaurant une dimension poétique dans une atmosphère rude et rustre qui n’est pas sans rappeler celle qui se dégage de L’Attrape-Rêve de Xavier-Laurent Petit.

Les autres ne font pas de cadeaux à « l’étrangère » qu’ils rendent responsable d’une lutte ouvrière à la scierie perdue d’avance. C’est aussi l’histoire de souffrances contenues, d’un deuil douloureux, d’un père dépassé, d’une louve isolée, d’une vocation abandonnée, des poèmes d’Anna Akhmatova…

C’est enfin un premier roman très beau et une autrice, Alice Parriat, à suivre.

Articles similaires

Podcast. « « Pour Bamba, avoir cet enfant, c’est la seule façon de s’en sortir »

Podcast. « « Pour Bamba, avoir cet enfant, c’est la seule façon de s’en sortir »

Taxi pouet-pouet, l’album explosif de Stéphane Servant et Élisa Géhin

Taxi pouet-pouet, l’album explosif de Stéphane Servant et Élisa Géhin

Que lisaient nos aïeuls quand ils étaient enfants ?

Que lisaient nos aïeuls quand ils étaient enfants ?

Oh Happy day, un roman épistolaire écrit par un imprévisible duo

Oh Happy day, un roman épistolaire écrit par un imprévisible duo

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à Livresse

Blogs autour de la littérature jeunesse

Blog Coup de Cœur Chapitre.com
Livresse a été sélectionné comme Blog Coup de Cœur par Chapitre.com