Fascinant, enivrant, poignant… Voici la première sélection hebdomadaire de Livresse

Au programme de cette nouvelle rubrique : un livre paléontologique en 3D, un roman jazzy à souhait, et un album écrit par une maman pirate 

Cette semaine, Max Ducos invite les enfants à creuser la terre et à découvrir ce qu’elle cache avec des archéologues ; Mikaël Thévenot embarque les ados à New York dans les années 1920 au son d’un saxophone ; enfin, Karine Surugue imagine une allégorie délicate et juste et Rémi Saillard la met en images pour parler aux jeunes enfants du cancer du sein

Le Fossile, Max Ducos, Sarbacane

Le Royaume de minuit paru en janvier 2017 avait embarqué le lecteur dans une nuit extraordinaire et l’avait plongé, comme toujours avec Max Ducos, dans des tableaux aux perspectives infinies, aux cadrages multiples et aux détails foisonnants.

Dans ce nouvel album, qui commence par un drôle de caillou trouvé par hasard par Clément (et un peu grâce à son chien), l’auteur fait un pas de côté en utilisant le livre dans ses trois dimensions pour scruter avec précision, et toujours avec le souci du détail, le travail des paléontologues. Le point de vue du lecteur reste en revanche le même tout au long des pages cartonnées qui s’agrandissent. Ce dernier est invité à fouiller la terre, à identifier un squelette de dinosaure fossilisé et à découvrir toute la vie qui fourmille autour de la paléontologie, explicitée à la fin du livre, ce qui ajoute à l’ouvrage une dimension documentaire.

« Au fur et à mesure qu’il tourne les pages, découpées en courbe de niveau, explique Max Ducos, le lecteur creuse avec Clément et les archéologues. Du coup, la découverte finale est un peu la sienne ! » C’est fascinant et le pop-up final enthousiasmant.

Sarbacane
Le Fossile, Max Ducos, Sarbacane, 32 pages, 24,90 €. Dès 5 ans.
Le Petit prince de Harlem, Mikaël Thévenot, Didier jeunesse

Les amateurs de rythmes et de musicalité vont pouvoir goûter au club de jazz grâce à ce roman dont l’intrigue principale se situe dans les années 1920 à Harlem, à une époque où le racisme se manifestait à New York par une ségrégation entre Harlem et Manhattan.

Le roman commence en mai 2018 en Louisiane. Le protagoniste est noir, vieux et fatigué mais il lui reste encore assez d’énergie pour écrire sa vie. Un flash-back le ramène en 1927 à Harlem. Sonny, a alors 14 ans et vit avec sa mère qui se tue au travail pour l’élever.

L’adolescent, orphelin de père, est prêt à tout pour pour permettre à sa mère de se soigner, y compris à l’argent facile et illégal. Son insouciance l’empêche de mesurer le danger, et il s’en faut de peu pour qu’il n’y laisse sa peau. Ses seuls moments de répit sont lorsqu’il monte sur le toit écouter Charlie souffler dans un saxophone. Un jour, il ose souffler dans celui de son père. « C’est ton âme qui chante là-dedans, Sonny ! N’oublie jamais ça ! »

Ce roman initiatique parle de rencontres, de filiation, de choix et du souffle du jazz. Il « retransmet » aussi un concert enivrant de la 138e Rue qui donne des frissons.

Didier Jeunesse
Le Petit Prince de Harlem, Mikaël Thévenot, Didier Jeunesse, 158 pages, 15 €. Dès 13 ans.

 

Ma maman est une pirate, Karine Surugue et Rémi Saillard, Gautier-Languereau

Utiliser les bons mots pour parler à un enfant de 4 ans du cancer et les rendre supportables… Karine Surugue les a trouvés en s’inspirant de l’univers de son fils. Lui qui était fasciné par les pirates, elle a utilisé ses propres cicatrices, son foulard et ses nausées pour se métamorphoser en femme pirate et livrer un combat sans merci avec un équipage soudé contre un crabe monstrueux.

Les moments durs ne sont pas occultés et s’intègrent avec délicatesse dans cette histoire où les accalmies suivent les grosses tempêtes. Les illustrations de Rémi Saillard intègrent avec subtilité la dimension médicale dans cette allégorie poignante et donnent au staff complet un rôle héroïque. Une belle façon de leur rendre hommage aussi !

 

 

Gauthier-Languereau
Ma maman est une pirate, Karine Surugue et Rémi Saillard, Gauthier-Languereau, 32 pages, 10,50 €. Dès 3 ans.

Articles similaires

Avec Alma, Timothée de Fombelle sort l’esclavage d’un passé enfoui

Avec Alma, Timothée de Fombelle sort l’esclavage d’un passé enfoui

Alma, le vent se lève, Timothée de Fombelle, Gallimard jeunesse

Alma, le vent se lève, Timothée de Fombelle, Gallimard jeunesse

Une belle journée, Anne Laval, Rouergue

Une belle journée, Anne Laval, Rouergue

« Le corps et la sexualité sont des sujets centraux pour les ados »

« Le corps et la sexualité sont des sujets centraux pour les ados »

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à Livresse

Blogs autour de la littérature jeunesse

Blog Coup de Cœur Chapitre.com
Livresse a été sélectionné comme Blog Coup de Cœur par Chapitre.com