La belle rouge, Anne Loyer, Alice jeunesse

La belle rouge, Anne Loyer, Alice jeunesse

Quand deux écorchés vifs sillonnent la route dans un camion rouge sous la plume d’Anne Loyer

Marje possède un camion rouge. Une seconde maison qu’elle habite depuis vingt-cinq ans. Une bête mécanique qu’elle bichonne avec attention. Un nid nomade qui collectionne des souvenirs. Kader, 16 ans, ne possède qu’une lettre de sa mère, qui lui a mis la tête à l’envers. Il décide de s’enfuir du centre d’éducation renforcée pour la rejoindre. Il grimpe dans le seul camion ouvert de l’aire d’autoroute. Un camion rouge. Amandine et Christian, deux éducateurs partent à sa recherche.

Rencontre improbable que celle d’une camionneuse blasée et d’un rebelle « incasable ». La plume d’Anne Loyer l’a imaginée avec subtilité. Le premier contact est explosif mais le moteur est en route. Le roman prend alors des allures de road-movie. Les deux personnages se dévoilent avec réserve et pudeur. De la maladresse aussi. Ces deux écorchés vifs, qui ont une faille à combler, vont finalement trouver un terrain d’entente et réveiller leurs émotions enfouies. De quoi reprendre goût à la vie et prendre des risques.

Au second plan, une histoire d’amour entre deux jeunes adultes qui se cherchent après s’être perdus. Grâce à Kader, ils vont se retrouver.

Entre réflexions intérieures et dialogues, l’écriture fluide et incisive peint par petites touches les personnages avec une grande sensibilité. Quant au dénouement, il interroge sur la désobéissance qui peut se révéler parfois plus humaine que la règle.

Articles similaires

Isabelle Pandazopoulos : « Qui est vraiment Zakarya, coupable idéal ? »

Isabelle Pandazopoulos : « Qui est vraiment Zakarya, coupable idéal ? »

Hervé Tullet : « Chacun va pouvoir créer sa propre chorégraphie et donc sortir du livre »

Hervé Tullet : « Chacun va pouvoir créer sa propre chorégraphie et donc sortir du livre »

Marie-Aude Murail, lauréate du Hans Christian Andersen : « Ce prix, c’est aussi à mes lectrices et à mes lecteurs que je le dois. »

Marie-Aude Murail, lauréate du Hans Christian Andersen : « Ce prix, c’est aussi à mes lectrices et à mes lecteurs que je le dois. »

Hélène Vignal : « Nous avons toutes et tous une Queen Kong en nous »

Hélène Vignal : « Nous avons toutes et tous une Queen Kong en nous »

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à Livresse

Blogs autour de la littérature jeunesse

Blog Coup de Cœur Chapitre.com
Livresse a été sélectionné comme Blog Coup de Cœur par Chapitre.com