Roslend, Nathalie Somers, Didier jeunesse

Cette trilogie, qui lie deux mondes inexorablement en temps de guerre a reçu début juin le Grand prix de l’imaginaire 2019 au festival Étonnants voyageurs de Saint-Malo

Le tragique, l’urgence, la vie, la mort, les actes héroïques… Dans les guerres, tous les ingrédients sont réunis pour construire des histoires romanesques captivantes. Dans Roslend, trilogie parue chez Didier jeunesse, Nathalie Somers va plus loin.

L’autrice ne se contente pas de faire évoluer son personnage principal dans Londres bombardé par les Allemands en 1940. Elle lui met dans les mains un cadran d’horloge qui lui ouvre la porte d’un monde parallèle où se joue également une guerre effroyable.

Winston Churchill, himself

Lucan 14 ans, orphelin élevé par son grand-père, fuit les bombes comme tous les Londoniens mais rêve aussi de servir son pays dans la Royal Air Force pour faire cesser les bombardements. Sa fougue va être comblée au-delà de ses espérances.

En basculant dans le monde extraordinaire de Roslend, l’adolescent se retrouve non seulement confronté à ses origines, mais aussi à jouer un rôle de premier plan dans une guerre intimement liée à celle qui se joue dans le monde réel : s’il sauve Roslend, il sauve l’Empire britannique. C’est Winston Churchill, himself, qui le dit.

D’autres personnages ayant existé auront aussi droit au chapitre, comme le roi George VI mais aussi « un homme d’une cinquantaine d’années qui dégageait de sa personne un intense mélange de vitalité, de combativité et d’autorité  » arrivé au mois de juin 1940 à Londres.

Un duo complice et attachant

Habilement construit et très bien rythmé – l’urgence est omniprésente – le premier tome de cette trilogie laisse peu de répit aux jeunes lecteurs qui ne manqueront pas de s’attacher aux deux protagonistes.

Malgré sa mission extraordinaire dans un contexte tragique historico-fantastique, Lucan n’en est pas moins un adolescent qui se cherche, impatient, et qui fonce tout en étant capable d’autodérision et d’ironie dans les moments les plus critiques.

Quant à Catriona, sa « sœur » de substitution au tempérament bien trempé et au sens inné de l’équité homme-femme (en avance sur son époque), elle ne laisse personne indifférent et semble promise à jouer un rôle à sa mesure dans cette « vraie » guerre.

Un imaginaire fascinant

Aux descriptions réalistes et précises de Londres se reflètent celles de Roslend, cité extraordinaire à l’équilibre naturel fragile. L’imaginaire de l’écrivaine s’y déploie à travers des personnages énigmatiques, des créatures fantasmagoriques et des architectures harmonieuses.

Cet univers merveilleux réussi, qui attise la curiosité des lecteurs et nourrit leur imagination, a été récompensé par le Grand prix de l’imaginaire 2019, dans la catégorie roman jeunesse, décerné à Saint-Malo au mois de juin. Le tome 1 est paru en mars 2017, le tome 2 et le tome 3 sont désormais disponibles.

Roslend, Nathalie Somers, Didier jeunesse, 448 pages, 17 €. Dès 13 ans.

Articles similaires

#PartirEnLivre 2020 : une version inédite et digitale réussie

#PartirEnLivre 2020 : une version inédite et digitale réussie

Touche-moi, Susie Morgenstern, L’Ardeur, Thierry-Magnier

Touche-moi, Susie Morgenstern, L’Ardeur, Thierry-Magnier

Julian est une sirène, Jessica Love, Pastel

Julian est une sirène, Jessica Love, Pastel

Des vacances timbrées, Mathilde Poncet, Les Fourmis rouges

Des vacances timbrées, Mathilde Poncet, Les Fourmis rouges

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à Livresse

Blogs autour de la littérature jeunesse

Blog Coup de Cœur Chapitre.com
Livresse a été sélectionné comme Blog Coup de Cœur par Chapitre.com