Adam et Thomas d’Aharon Appelfeld

Un très beau conte initiatique, simple et profond. Le premier roman jeunesse d’un écrivain « nobélisable ». Une belle rencontre.

Adam et Thomas luttent dans la forêt pour survivre. C’est la guerre. Ils ont fui le ghetto. Leurs mères leur ont dit qu’elles reviendraient les chercher le soir même. Mais ils doivent se rendre à l’évidence. Elles ne sont pas là. Adam, le plus débrouillard, ne désespère pas. Il se raccroche à sa foi et fait confiance à son amie la forêt qu’il connaît par cœur. Thomas, le brillant élève, se retrouve démuni dans cette nature hostile et se terre dans une tristesse profonde, proche du désespoir. La seule chose qui l’empêche de sombrer, c’est l’amitié qui naît entre les deux garçons. Et puis, il y a Mina, très discrète et mystérieuse, qui les aide concrètement. Et Miro, le chien, qui leur donne de la chaleur dans un hiver particulièrement rude et une protection rassurante. Ils doivent tenir jusqu’à la fin de la guerre…

Cette guerre est certes omniprésente mais demeure en toile de fond et est prétexte à mettre les deux garçons en position de survie. L’un sans l’autre, sans doute auraient-ils craqué mais l’un avec l’autre, ils puisent une force insoupçonnée dans l’innocence de l’enfance et dans une ingéniosité à toutes épreuves. Les dialogues sont bruts et simples et renvoient à des choses profondes et essentielles. Est-ce un conte philosophique ? En tout cas, il y a une dimension autobiographique (l’auteur a lui-même survécu dans la forêt pendant la Seconde Guerre mondiale). Une dimension historique rappelée par la traque des Juifs qui tentent de fuir dans la forêt mais avec une fin improbable et consolatrice (l’auteur n’a pas eu le cœur de séparer les enfants de leurs mères). Et une dimension classique où l’aventure, l’amitié, la nature mais aussi les questionnements sur le sens des choses perdurent dans l’esprit du lecteur (« des outils pour l’accompagner dans sa vie », comme le souhaite l’auteur).

Je préfère le dire d’emblée. Non, je n’ai jamais lu Aharon Appelfeld. Mais une chose est sûre. Je ne risque pas d’oublier le premier roman jeunesse de cet écrivain à la renommée internationale. Adam et Thomas est paru en 2013 en Israël. La critique l’a salué reconnaissant la voix singulière de l’écrivain. Voilà qui me donne envie de le découvrir en version adulte ! 

L'école des loisirs
Adam et Thomas, Aharon Appelfeld, L’école des loisirs, 152 pages, 15 €. Dès 10 ans.

 

Articles similaires

Hervé Tullet : « Chacun va pouvoir créer sa propre chorégraphie et donc sortir du livre »

Hervé Tullet : « Chacun va pouvoir créer sa propre chorégraphie et donc sortir du livre »

Marie-Aude Murail, lauréate du Hans Christian Andersen : « Ce prix, c’est aussi à mes lectrices et à mes lecteurs que je le dois. »

Marie-Aude Murail, lauréate du Hans Christian Andersen : « Ce prix, c’est aussi à mes lectrices et à mes lecteurs que je le dois. »

Hélène Vignal : « Nous avons toutes et tous une Queen Kong en nous »

Hélène Vignal : « Nous avons toutes et tous une Queen Kong en nous »

Alma les réunit quinze ans après Tobie Lolness

Alma les réunit quinze ans après Tobie Lolness

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à Livresse

Blogs autour de la littérature jeunesse

Blog Coup de Cœur Chapitre.com
Livresse a été sélectionné comme Blog Coup de Cœur par Chapitre.com