Après la vague d’Orianne Charpentier

Le long chemin du deuil raconté avec sensibilité et délicatesse

Ce jour-là, Max a préféré rester sur la plage. Ce jour-là, Jade, sa sœur jumelle, a finalement choisi de rester avec lui. Ce jour-là, une nuée d’oiseaux a fui le rivage, la mer s’est brutalement retirée puis les gens se sont mis à hurler. Max a pris la main de Jade et a couru pour fuir la vague, immense, puissante et trop rapide. Jade est morte. Lui, a survécu.

Lorsque j’ai lu la quatrième de couverture de ce livre, j’ai ressenti un malaise. Voilà presque  dix ans que le Tsunami a eu lieu  mais la catastrophe est encore très prégnante dans mon esprit. Elle revêt surtout une tonalité particulière. Quelques jours après l’horreur, j’ai lu le témoignage d’une amie dans Ouest-France. J’ignorais qu’elle était là-bas. Toute sa famille a échappé à une mort certaine au prix d’une course effrénée et d’une force insoupçonnée. Son récit, d’une écriture remarquable, me chamboule encore rien qu’en y pensant.

En même temps, je garde un très bon souvenir de Mauvaise graine d’Orianne Charpentier dont l’écriture subtile et psychologique m’a poussée à me lancer dans son nouveau roman malgré mon appréhension. Et je ne le regrette pas. Comment un ado de 16 ans, orphelin de l’autre partie de lui-même, peut-il retrouver sa place dans le monde des vivants ? Certes, il y a la violence inouïe de la catastrophe décrite dans le premier chapitre mais il y a surtout l’après. Un deuil impossible pour un frère jumeau rongé par la culpabilité. Et pourtant. Dans une écriture fluide et sensible, l’auteure décrit le cheminement psychologique, imprévisible et singulier de Max. Son errance jusqu’à sa renaissance… avec ses fantômes.

 

Gallimard jeunesse
Après la vague, Orianne Charpentier, Gallimard jeunesse, 176 pages, 8,90 €. Dès 13 ans.

Articles similaires

Isabelle Pandazopoulos : « Qui est vraiment Zakarya, coupable idéal ? »

Isabelle Pandazopoulos : « Qui est vraiment Zakarya, coupable idéal ? »

Hervé Tullet : « Chacun va pouvoir créer sa propre chorégraphie et donc sortir du livre »

Hervé Tullet : « Chacun va pouvoir créer sa propre chorégraphie et donc sortir du livre »

Marie-Aude Murail, lauréate du Hans Christian Andersen : « Ce prix, c’est aussi à mes lectrices et à mes lecteurs que je le dois. »

Marie-Aude Murail, lauréate du Hans Christian Andersen : « Ce prix, c’est aussi à mes lectrices et à mes lecteurs que je le dois. »

Alma les réunit quinze ans après Tobie Lolness

Alma les réunit quinze ans après Tobie Lolness

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à Livresse

Blogs autour de la littérature jeunesse

Blog Coup de Cœur Chapitre.com
Livresse a été sélectionné comme Blog Coup de Cœur par Chapitre.com