Belle Maison, Anaïs Brunet, Sarbacane

Un album aux parfums iodés de l’enfance, conté par une narratrice bienveillante

C’est l’été et l’heure pour les maisons de vacances de sortir de leur hibernation prolongée. Le réveil est un peu brutal, même gênant lorsqu’il s’agit de se dévêtir de ses rideaux et de ses housses, mais la joie est immense. Les enfants sont de retour avec quelques centimètres en plus mais des habitudes intactes. Direction les étages pour lire leurs BD ; la salle de bains pour goûter au contact du carrelage gelé ; la cave pour caresser les outils de l’établi…

Maintenant que chacun a repris ses marques, il est temps de répondre à l’appel du large au grand dam de la narratrice contrainte de perdre de vue ses protégés. Retenue par ses fondations, la maison les imagine avec la complicité de son amie la vieille tour.

Les illustrations vives, jusqu’alors très réalistes avec un souci du détail qui n’échappe pas aux plus grands (la couverture de Tintin et L’île noire), deviennent surréalistes et laissent des poissons géants envahir la surface de la double page.

Puis, c’est au tour de leurs projections de guider la mine de crayon. La vieille tour prédit aux enfants un grand avenir d’ingénieurs et d’architectes. La maison les voit plutôt restaurateurs ou médecins. À chaque geste se superposent leurs rêves.

Il est temps de retrouver la cuisine au poêle suranné. Les enfants sont ensuqués par ce trop-plein d’air iodé et montent se coucher. Ils ne mettent pas de temps à s’endormir dans ses murs bienveillants. Car le personnage principal de cet album est bel et bien la narratrice, cette Belle maison douée d’une parole inaudible et dotée d’une âme éternelle. Ses émotions traduisent une immense tendresse protectrice qui rassure les petits et rend nostalgiques les plus grands.

 

 

Sarbacane
Belle Maison, Anaïs Brunet, Sarbacane, 40 pages, 15,50 €. Dès 5 ans.

Articles similaires

Isabelle Pandazopoulos : « Qui est vraiment Zakarya, coupable idéal ? »

Isabelle Pandazopoulos : « Qui est vraiment Zakarya, coupable idéal ? »

Hervé Tullet : « Chacun va pouvoir créer sa propre chorégraphie et donc sortir du livre »

Hervé Tullet : « Chacun va pouvoir créer sa propre chorégraphie et donc sortir du livre »

Marie-Aude Murail, lauréate du Hans Christian Andersen : « Ce prix, c’est aussi à mes lectrices et à mes lecteurs que je le dois. »

Marie-Aude Murail, lauréate du Hans Christian Andersen : « Ce prix, c’est aussi à mes lectrices et à mes lecteurs que je le dois. »

Alma les réunit quinze ans après Tobie Lolness

Alma les réunit quinze ans après Tobie Lolness

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à Livresse

Blogs autour de la littérature jeunesse

Blog Coup de Cœur Chapitre.com
Livresse a été sélectionné comme Blog Coup de Cœur par Chapitre.com