Caprices ? C’est fini ! de Pierre Delye et Albertine

Un conte hilarant et philosophique en forme de roman

Il était une fois un roi puissant mais incompétent, une princesse très belle mais insupportable et un bûcheron pauvre mais malin. À noter aussi les présences éphémères mais importantes d’un pou géant et d’un vieux avec des poils au menton.

Tout ce petit monde a inspiré avec brio un conteur qui aime jouer avec la musique des mots. On ne compte plus les contes randonnées de Pierre Delye (dont personnellement je suis fan). Ce roman est un premier – inspiré de La peau du pou que l’artiste a l’habitude de conter sur scène – et c’est pour moi une très belle surprise et une réussite ! On retrouve les codes du conte traditionnel que l’auteur maîtrise parfaitement… pour mieux les bousculer et les décliner en roman dont l’écriture musicale se prête aussi à la lecture à voix haute.

Cela donne une histoire – illustrée par quelques dessins au style singulier signés Albertine qui aèrent la mise en page et facilitent la lecture – aux rebondissements inattendus et au retournement incroyable. Jeux de mots, situations cocasses et gags grotesques viennent également pimenter d’humour un récit rythmé où les personnages gagnent en profondeur au fil des pages. Car derrière la drôlerie se cache aussi une réflexion subtile sur le sens de la vie. Peut-on être heureux quand on a tout ce qu’on veut ? Un peu de philosophie dans un roman drôle et irrévérencieux, voilà de quoi passer un très bon moment de lecture. Pourquoi se priver ?

Didier jeunesse
Caprices ? C’est fini ! Pierre Delye et Albertine, Didier jeunesse, 240 pages, 12,50 €. Dès 9 ans.

Articles similaires

Isabelle Pandazopoulos : « Qui est vraiment Zakarya, coupable idéal ? »

Isabelle Pandazopoulos : « Qui est vraiment Zakarya, coupable idéal ? »

Hervé Tullet : « Chacun va pouvoir créer sa propre chorégraphie et donc sortir du livre »

Hervé Tullet : « Chacun va pouvoir créer sa propre chorégraphie et donc sortir du livre »

Marie-Aude Murail, lauréate du Hans Christian Andersen : « Ce prix, c’est aussi à mes lectrices et à mes lecteurs que je le dois. »

Marie-Aude Murail, lauréate du Hans Christian Andersen : « Ce prix, c’est aussi à mes lectrices et à mes lecteurs que je le dois. »

Hélène Vignal : « Nous avons toutes et tous une Queen Kong en nous »

Hélène Vignal : « Nous avons toutes et tous une Queen Kong en nous »

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à Livresse

Blogs autour de la littérature jeunesse

Blog Coup de Cœur Chapitre.com
Livresse a été sélectionné comme Blog Coup de Cœur par Chapitre.com