Chat perdu, Henry Cole, Little Urban

Un album sans texte qui embarque le jeune lecteur dans une balade urbaine captivante

Un chat remarque un moineau sur le rebord de la fenêtre. L’attirance est forte et la fenêtre ouverte. Qu’importent les étages pour atteindre le trottoir. Le félin est habile et la plante grimpante utile. Mais la ville est immense et le petit garçon de l’appartement s’inquiète…

Commence alors pour le jeune lecteur une balade urbaine dans une ville en noir et blanc, rehaussée d’un ciel azur et parsemée de détails précis qui permettent de se repérer. Il est vite suivi par le petit garçon qui se met à chercher son chat muni d’affiches pour les coller sur les arbres.

De son côté, le filou est bien trop curieux pour faire demi-tour. Sans le moindre scrupule, il continue son exploration, obligeant le jeune lecteur à scruter les doubles pages de scènes quotidiennes et estivales, du parc à la gare, en passant par le marché. Le repérer devient un jeu pour celui qui tourne les pages. Le petit garçon, lui, ne vit pas la même histoire car à chaque fois son chat lui échappe.

Désespéré, il rentre chez lui bredouille. Mais un chat retombe toujours sur ses pattes et rentre toujours au bercail. Le sien l’a devancé et l’attend patiemment derrière la fenêtre. Quel soulagement !

Ce travelling à travers la ville est un plaisir visuel où se succèdent plans larges et gros plans qui rendent la narration explicite pour le jeune lecteur. Les tableaux crayonnés sont un régal à explorer.

Little Urban
Chat perdu, Henry Cole, Little Urban, 32 pages, 10,50 €. Dès 4 ans.

Articles similaires

Isabelle Pandazopoulos : « Qui est vraiment Zakarya, coupable idéal ? »

Isabelle Pandazopoulos : « Qui est vraiment Zakarya, coupable idéal ? »

Hervé Tullet : « Chacun va pouvoir créer sa propre chorégraphie et donc sortir du livre »

Hervé Tullet : « Chacun va pouvoir créer sa propre chorégraphie et donc sortir du livre »

Marie-Aude Murail, lauréate du Hans Christian Andersen : « Ce prix, c’est aussi à mes lectrices et à mes lecteurs que je le dois. »

Marie-Aude Murail, lauréate du Hans Christian Andersen : « Ce prix, c’est aussi à mes lectrices et à mes lecteurs que je le dois. »

Hélène Vignal : « Nous avons toutes et tous une Queen Kong en nous »

Hélène Vignal : « Nous avons toutes et tous une Queen Kong en nous »

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à Livresse

Blogs autour de la littérature jeunesse

Blog Coup de Cœur Chapitre.com
Livresse a été sélectionné comme Blog Coup de Cœur par Chapitre.com