Cœur battant, Axl Cendres, Sarbacane

La folle escapade tragicomique de cinq désaxés racontée par l’un d’entre eux. Vivifiant !

Qu’est-ce que la folie ? Comment en parler ? Quel regard porte la société sur ceux qui se décalent de l’axe ? Axl Cendres aime les personnages fêlés, à l’image de Bibow Bradley, dont la drôle de vie revisite la Guerre froide en mode déjanté. Dans Cœur Battant, elle plonge sa plume dans une clinique où cinq suicidaires sont regroupés, dont Axel, 17 ans, à qui elle donne la parole. Asséché d’affects depuis la mort de sa mère, le garçon a tenté d’éteindre son cœur de crainte de l’entendre à nouveau battre. Quand un suicidaire parle d’autres suicidaires, il n’y a pas de jugement, ni de leçons. Il n’y a pas non plus d’analyses psychologiques. Il y a juste des fragilités qui se côtoient au rythme des ateliers et qui dialoguent avec leurs mots et leurs maux.

Un suicide collectif

L’attitude bougonne de Jacopo, vieux milliardaire désespéré qui n’arrête pas de râler, n’atteint pas la bonne humeur de Colette. La doyenne a beau vouloir mourir étouffée sous un oreiller pour rejoindre l’amour de sa vie, elle irradie de malice et s’exprime par aphorismes poétiques. Ce qui agace, Victor, le plus jeune, gourmand et tout en rondeur, souvent largué par ces maximes de grandes personnes expérimentées et dont la candeur va déstabiliser la glaciale Alice. Pourtant, la jeune fille ne l’épargne pas en répliques cinglantes. Quant à sa beauté, elle oblige Axel à lutter contre de nouvelles émotions qui l’assaillent.

Comment l’alchimie prend-elle entre eux ? Les cinq patients ont tous en commun d’avoir tenté de fuir la vie, alors forcément, ça crée des liens. Ça donne aussi des idées. Au départ, il s’agissait juste d’une repartie cynique d’Alice parmi tant d’autres. « Je vois pas ce qu’on pourrait organiser ensemble. À part un suicide collectif. » Très vite, c’est devenu une évidence au point de laisser pointer un soupçon d’enthousiasme chez le grincheux Jacopo qui, royal, invite la petite troupe dans son manoir normand et leur propose de sauter tous ensemble de la falaise, lui qui n’a jamais réussi à franchir le pas tout seul…

Petites touches de sel

La mort fait partie de la vie, mais dans cette clinique, la vie fait aussi partie de la mort. Entre les répliques incessantes des protagonistes, qui oscillent entre humour noir et pensées philosophiques, et les scènes burlesques, qui rythment leur escapade chaotique, la plume d’Axl Cendres glisse par petites touches du sel qui commence la longue cicatrisation des failles plus ou moins profondes de ses personnages.

Le propos est certes sombre mais jamais larmoyant. C’est surtout drôle et touchant. Cœur Battant ouvre le regard sur la folie et invite aussi à réfléchir sur le sens de la vie.

Sarbacane
Cœur Battant, Axl Cendres, Sarbacane, 192 pages, 15,50 €. Dès 15 ans.

Articles similaires

L’âge des possibles, Marie Chartres, L’école des loisirs

L’âge des possibles, Marie Chartres, L’école des loisirs

Âge tendre, Clémentine Beauvais, Sarbacane

Âge tendre, Clémentine Beauvais, Sarbacane

Court toujours, une collection qui s’adapte au mode de vie des 15-25 ans

Court toujours, une collection qui s’adapte au mode de vie des 15-25 ans

Balto, le dernier des valets de cœur, Jean-Michel Payet, l’école des loisirs

Balto, le dernier des valets de cœur, Jean-Michel Payet, l’école des loisirs

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à Livresse

Blogs autour de la littérature jeunesse

Blog Coup de Cœur Chapitre.com
Livresse a été sélectionné comme Blog Coup de Cœur par Chapitre.com