Coucou Hibou, Éric Battut, Le buveur d’encre

Une histoire d’amour entre un coucou et un hibou qui se concrétise par un œuf…

Ces deux-là n’auraient jamais dû se rencontrer. Et pour cause ! Dame Coucou vit le jour et monsieur Hibou, la nuit. Oui mais voilà. L’une a entendu l’autre, et vice-versa. Une envie irrésistible de faire connaissance s’est manifestée pour l’un comme pour l’autre. Une rencontre qui dure tout une nuit et tout un jour. Le surlendemain dame Coucou pond un œuf dans un nid qui n’est pas le sien. C’est en fait celui de Monsieur Hibou, ça tombe bien. D’autant que, lui, il n’est pas contre couver un œuf le jour… De cette union improbable naît un oisillon qui hésite. Doit-il prendre son envol le jour ou la nuit ?

L’amour donne des ailes et se fout des biorythmes et des contraires. Les deux protagonistes de cette histoire en ont déjà (des ailes) mais du point de vue des contraires, difficile de faire mieux puisque l’un est un oiseau nocturne et l’autre diurne. Qu’importe. L’amour bouscule les habitudes et l’amour parental s’adapte. Et l’oisillon dans tout ça ? Quand il sera prêt, il saura s’envoler tel qu’il est. Un oiseau métissé, capable de vivre le jour comme la nuit, mais c’est à lui de choisir son propre rythme car c’est un oiseau libre.

Les tableaux narratifs d’Éric Battut, rythmés par la lune, le soleil, le crépuscule et l’aube, proposent de suivre les allées et venues des oiseaux blanc et noir – seul, à deux, puis à trois – dans des paysages à fonds perdu et aux couleurs profondes, et dans lesquels chaque touche de pinceau donne à voir un détail furtif ou symbolique.

Le buveur d'encre
Coucou Hibou, Eric Battut, Le buveur d’encre, 32 pages, 14 €. Dès 5 ans.

 

 

 

 

 

 

 

Articles similaires

Isabelle Pandazopoulos : « Qui est vraiment Zakarya, coupable idéal ? »

Isabelle Pandazopoulos : « Qui est vraiment Zakarya, coupable idéal ? »

Hervé Tullet : « Chacun va pouvoir créer sa propre chorégraphie et donc sortir du livre »

Hervé Tullet : « Chacun va pouvoir créer sa propre chorégraphie et donc sortir du livre »

Marie-Aude Murail, lauréate du Hans Christian Andersen : « Ce prix, c’est aussi à mes lectrices et à mes lecteurs que je le dois. »

Marie-Aude Murail, lauréate du Hans Christian Andersen : « Ce prix, c’est aussi à mes lectrices et à mes lecteurs que je le dois. »

Alma les réunit quinze ans après Tobie Lolness

Alma les réunit quinze ans après Tobie Lolness

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à Livresse

Blogs autour de la littérature jeunesse

Blog Coup de Cœur Chapitre.com
Livresse a été sélectionné comme Blog Coup de Cœur par Chapitre.com