Des mots pour la nuit, Annie Agopian et Albertine, La joie de lire

La nuit est une vague bleue sur laquelle il est si bon de se laisser bercer, pourquoi la redouter ?

D’emblée, la couverture impose au premier regard un paradoxe. Le mot nuit est associé à un bleu électrique, sans l’ombre d’une noirceur. Quant au lit qui surfe sur la vague, il invite le jeune lecteur au voyage.

Se coucher vite et sans pleurs, quel bonheur. L’appel de la couette est un délice pour l’enfant qui sait l’écouter. La promesse de ce qui va suivre s’annonce savoureuse. Dormir rime donc avec plaisir ?

À condition de lâcher prise. À partir de là, la vague bleue peut se déployer pour une traversée nocturne colorée, rythmée par des mots-songes. Inutile de compter les moutons, mais oublier la journée qui vient de s’écouler est nécessaire pour sombrer dans un sommeil profond et endormir les dragons intérieurs.

La nuit est un mystère obscur à explorer, parsemé de peurs à déjouer grâce à des pièges bien rodés. Exit les cauchemars et le noir ! Le voyage peut continuer dans un bleu délicieux, vers un lendemain joyeux. L’aube pointe au loin. Le chemin est encore un peu sinueux, mais toujours merveilleux et le matin s’annonce somptueux.

Les mots poétiques d’Annie Agopian et les illustrations douces et rêveuses d’Albertine proposent aux jeunes lecteurs de regarder la nuit comme une amie bleue et non comme une ennemie noire. Ce parti pris, inattendu et bienvenu, aidera peut-être les plus effrayés à se réconcilier avec le moment du coucher, parfois si redouté.

La Joie de lire
Des mots pour la nuit, Annie Agopian et Albertine, La Joie de lire, 40 pages, 15,90 €. Dès 5 ans.

Articles similaires

Isabelle Pandazopoulos : « Qui est vraiment Zakarya, coupable idéal ? »

Isabelle Pandazopoulos : « Qui est vraiment Zakarya, coupable idéal ? »

Hervé Tullet : « Chacun va pouvoir créer sa propre chorégraphie et donc sortir du livre »

Hervé Tullet : « Chacun va pouvoir créer sa propre chorégraphie et donc sortir du livre »

Marie-Aude Murail, lauréate du Hans Christian Andersen : « Ce prix, c’est aussi à mes lectrices et à mes lecteurs que je le dois. »

Marie-Aude Murail, lauréate du Hans Christian Andersen : « Ce prix, c’est aussi à mes lectrices et à mes lecteurs que je le dois. »

Alma les réunit quinze ans après Tobie Lolness

Alma les réunit quinze ans après Tobie Lolness

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à Livresse

Blogs autour de la littérature jeunesse

Blog Coup de Cœur Chapitre.com
Livresse a été sélectionné comme Blog Coup de Cœur par Chapitre.com