Encore une sélection d’albums à offrir…

… pour les plus petits cette fois-ci !

Les frères moustaches

Les frères moustaches sont le symbole de la résistance populaire à l’oppression. Ils existent en vrai en Birmanie, là où la junte militaire au pouvoir jusqu’en  2011 a privé le peuple de liberté. Des frères semblables se manifestent partout dans le monde où des hommes et des femmes sont opprimés. Et même quand on les empêche de s’exprimer, ils finissent toujours par retrouver la parole. Car une moustache, on le sait, finit toujours par repousser !

Voilà un album pour apprendre la désobéissance à bon escient. Mais comment désobéir face à l’injustice sans risquer d’être punis ? L’humour est un vecteur salutaire même s’il n’est pas sans risque. Par leurs représentations satiriques, les frères moustaches dénoncent, font rire et sèment des graines de liberté dans les consciences sclérosées par la peur. Pour apprendre à dire non au dictateur. Le ton et les illustrations fantaisistes de cet album permettent d’aborder avec simplicité et gaieté ce vent de liberté vital à l’humanité.

Les frères moustaches, Alex Cousseau et Charles Dutertre, Le Rouergue, 40 pages, 16 €. Dès 5 ans.
Les frères moustaches, Alex Cousseau et Charles Dutertre, Le Rouergue, 40 pages, 16 €. Dès 6 ans.

 

Une journée à dormir à debout

Mamie poule raconte… est d’abord une série. Elle met en scène des animaux à qui il arrive des histoires pleines d’humour. Lues à voix haute, elles plaisent autant aux petits qu’aux grands. Un tel succès mérite un super-anniversaire surprise, pour une super-mamie, organisé par des super-poussins !!!

Cet album grand format regroupe tous les animaux de la série croqués avec rondeur et douceur  par Hervé Le Goff. Pour le jeune lecteur, ce n’est que du bonheur de les voir ainsi tous réunis. Qui sait ? Cette chouette histoire va peut-être leur donner l’idée d’organiser une surprise à celle ou celui qui leur raconte des histoires tous les soirs…

Gautier-Languereau
Une journée à dormir debout, Christine Beigel et Hervé Le Goff, Gautier-Languereau, 13,50. Dès 3 ans.

Méchant petit prince

Ulysse est un petit prince qui en fait voir de toutes les couleurs à ses parents… pour rire ! Mais ces parents ne rigolent pas du tout. Ces derniers l’ont même surnommé Méchant petit prince. Vexé et malheureux, Ulysse se construit une fusée et décide de partir. Après un détour sur la lune (hommage super-chouette à Méliès), il atterrit chez une princesse qui, ça tombe bien, est aussi méchante que lui !

Grégoire Solotareff met en scène un petit tyran incompris qui s’enfonce dans sa méchanceté faute de réussir à ses fins. Faire rire n’est pas chose facile. Et c’est quand il s’y attend le moins qu’il y arrive enfin ! Cet album est décalé, drôle et très coloré. Du Solotareff tout craché !

L'école des loisirs
Méchant petit prince, Grégoire Solotareff, L’école des loisirs, 32 pages, 12,70 €. Dès 5 ans.

 

Astalik, je ne veux pas aller à l’école

Ce matin, Astalik refuse d’aller l’école. Elle expose à sa maman une multitude de (bonnes ?) raisons pour rester au lit. Mais ça ne marche pas et, en plus, elle arrive en retard. En classe, son voisin bave sur son stylo, la maîtresse la gronde… et dans la cour de l’école, c’est la guerre ! Astalik va-t-elle trouver sa place ?

Les jeunes lecteurs vont sans aucun doute être ravis de retrouver leur héroïne « miroir », capricieuse et attachante. Les plus observateurs vont remarquer qu’elle a un peu changé physiquement (illustrateur différent) mais qu’ils se rassurent, la miss a toujours le même tempérament ainsi que des idées saugrenues mais efficaces pour se sortir des mauvaises postures…

 

Thomas jeunesse
Je ne veux pas aller à l’école, Eliette Abécassis, Thomas jeunesse, 28 pages, 9,90 €.Dès 4 ans.

 

 

 

Articles similaires

Hervé Tullet : « Chacun va pouvoir créer sa propre chorégraphie et donc sortir du livre »

Hervé Tullet : « Chacun va pouvoir créer sa propre chorégraphie et donc sortir du livre »

Marie-Aude Murail, lauréate du Hans Christian Andersen : « Ce prix, c’est aussi à mes lectrices et à mes lecteurs que je le dois. »

Marie-Aude Murail, lauréate du Hans Christian Andersen : « Ce prix, c’est aussi à mes lectrices et à mes lecteurs que je le dois. »

Alma les réunit quinze ans après Tobie Lolness

Alma les réunit quinze ans après Tobie Lolness

Il était une fois Flore Vesco

Il était une fois Flore Vesco

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à Livresse

Blogs autour de la littérature jeunesse

Blog Coup de Cœur Chapitre.com
Livresse a été sélectionné comme Blog Coup de Cœur par Chapitre.com