Grâce et dénuement d’Alice Ferney

Ce n’est pas une nouveauté (1997) mais un (très bon) conseil de lecture de Gabin, mon fils de 16 ans !

Août

« Maman, j’ai fini un des livres du lycée. Tu devrais le lire, je suis sûr qu’il va te plaire. »

« Cool ! Pour une fois que c’est dans ce sens, il ne faut pas que je passe à côté ! »

Septembre

« Tu n’as toujours pas lu Oranges sanguines. Tu m’avais promis ! »

« Et toi, Grâce et dénuement ? »

« (???) Il est où ce livre ? »

« Je te l’ai donné en août. »

« Gloups ! T’es sûr ? »

Octobre

« Je l’ai retrouvé ! »

« Tu vois. Je te l’avais bien dit ! »

« Je m’y mets pendant les vacances ! »

(…)

« Dis donc, c’est bien mais ça remue carrément. C’est même un peu violent psychologiquement. »

(Regard compréhensif) « T’es arrivée où ? »

« La scène de violence conjugale. »

« Ah t’es que là ? »

« (???) Y’a pire alors ? » (Silence)

Novembre

« Il est vraiment bien ce roman ! »

« Je te l’avais dit qu’il était bien. J’étais sûr que ça allait te plaire ! »

« Une bibliothécaire qui ose amener des livres à des enfants gitans qui n’en ont pas et dont les parents ne savent pas lire, forcément je ne peux qu’adhérer. Mais il n’y a pas que ça. Il y a aussi ces récits intimes de femmes fortes et fragiles, ces portraits d’hommes en dérive parfois violents, ces enfants avides d’histoires et de savoir… Cette vie différente, cette pauvreté digne, cet accident tragique, ces peurs méprisantes… Ces liens qui se tissent avec le temps, beaucoup de temps… Ces bouts de livres semés qui prennent forme dans les têtes où tradition et modernité se heurtent… »

(…)

« Ça remue beaucoup mais dans une période où l’entre soi prédomine et où le rejet de l’autre est devenu un sport national (inutile de dire que j’ai beaucoup pensé aux Roms), qu’est-ce  que ça fait du bien de lire un roman où il est question d’altérité et d’humanité sans jugement ! Et de livres… Le titre est beau et particulièrement bien trouvé. Je vais écrire un billet. Obligée ! » 

(…)

« Au fait, tu n’oublieras pas de lire Oranges sanguines ! »

 

Actes Sud
Grâce et dénuement d’Alice Ferney, Babel, 290 pages, 8,70 €. Pour les grands.

 

 

 

Articles similaires

Hervé Tullet : « Chacun va pouvoir créer sa propre chorégraphie et donc sortir du livre »

Hervé Tullet : « Chacun va pouvoir créer sa propre chorégraphie et donc sortir du livre »

Marie-Aude Murail, lauréate du Hans Christian Andersen : « Ce prix, c’est aussi à mes lectrices et à mes lecteurs que je le dois. »

Marie-Aude Murail, lauréate du Hans Christian Andersen : « Ce prix, c’est aussi à mes lectrices et à mes lecteurs que je le dois. »

Hélène Vignal : « Nous avons toutes et tous une Queen Kong en nous »

Hélène Vignal : « Nous avons toutes et tous une Queen Kong en nous »

Alma les réunit quinze ans après Tobie Lolness

Alma les réunit quinze ans après Tobie Lolness

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à Livresse

Blogs autour de la littérature jeunesse

Blog Coup de Cœur Chapitre.com
Livresse a été sélectionné comme Blog Coup de Cœur par Chapitre.com