Interdit ou bienvenue ?

Bengu a vivement réagi en lisant Interdit aux éléphants à TAKAlire et est repartie avec le livre

« Bengu a besoin de lire à voix haute », me prévient sa mère. La miss, 7 ans, ne se fait pas prier. Est-ce la présence de sa mère qui la rend si docile et sérieuse ? Je lui propose Interdit aux éléphants. Un album que j’avais déjà lu à haute voix à TAKAlire et qui avait fait vivement réagir Hicran. Secrètement, j’avais envie de connaître la réaction de Bengu.

Bengu commence la lecture. Elle s’applique tellement, qu’elle en oublie de regarder les images qui complètent le texte. Je la freine et l’invite à observer. Je la reprends parfois aussi pour ajuster la ponctuation parce que, lorsqu’on lit tout droit, on peut vite s’ennuyer. Je l’aide quand elle bute sur un mot rebelle dont l’écriture renvoie à plusieurs prononciations. L’apprentissage de la lecture est semé de pièges.

Le livre raconte l’histoire d’un petit garçon qui a un mini-éléphant comme d’autres ont un chien ou un chat. En pleine ville, cela surprend. Mais il en faut bien plus pour déstabiliser les enfants. Entre le garçon et son éléphant, il y a cette complicité qui fait les grandes amitiés. Le jour du Club des animaux, ils se rendent tous les deux au n° 17. Mais sur la porte, un panneau indique « Interdit aux éléphants ». La déception est grande. Sur la route du retour, ils rencontrent une petite fille qui, elle aussi, a été exclue de la fête. Soit disant que son putois sentait mauvais. Les deux enfants décident de monter leur propre club où tous les animaux seront les bienvenus. Tous ? Oui, vraiment tous comme le signale la pancarte « Bienvenue à tous ». Même ceux qui n’avaient pas voulu d’eux.

« Ça ne se fait pas ! s’offusque Bengu. Il ne faut pas qu’ils acceptent ceux qui n’avaient pas voulu d’eux. » Je tente de lui donner mon point de vue. Et celui du livre qui invite à la tolérance après avoir subtilement dénoncé les préjugés. Mais Bengu est têtue : « Je ne suis pas d’accord. » Mais ajoute : « Est-ce que je peux emprunter le livre ? »

Une semaine plus tard, Bengu ramène Interdit aux éléphants à TAKAlire. « Alors, est-ce que tu as changé d’avis ? » Elle me regarde, silencieuse et préoccupée, puis lâche avec un sourire : « Pas vraiment, mais ça commence à faire son chemin. »

Les éditions éléphants
Interdit aux éléphants, Lisa Mantchev et Taeeun Yoo, traduit de l’anglais par Ilona Meyer, Les éditions éléphants, 40 pages, 14 €. Dès 4 ans.

 

 

Articles similaires

#PartirEnLivre 2020 : une version inédite et digitale réussie

#PartirEnLivre 2020 : une version inédite et digitale réussie

Touche-moi, Susie Morgenstern, L’Ardeur, Thierry-Magnier

Touche-moi, Susie Morgenstern, L’Ardeur, Thierry-Magnier

Julian est une sirène, Jessica Love, Pastel

Julian est une sirène, Jessica Love, Pastel

Des vacances timbrées, Mathilde Poncet, Les Fourmis rouges

Des vacances timbrées, Mathilde Poncet, Les Fourmis rouges

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à Livresse

Blogs autour de la littérature jeunesse

Blog Coup de Cœur Chapitre.com
Livresse a été sélectionné comme Blog Coup de Cœur par Chapitre.com