Je vous écrirai

Un roman épistolaire et romanesque, ou le destin d’une jeune fille du XXe siècle à Paris, sensible et touchant.

1955. Malia s’installe à Paris pour suivre des études. Comme promis, elle écrit à Angèle, sa mère qui vit mal son départ. Malia, au contraire, s’épanouit dans la capitale : les rencontres, les cours de théâtre et les réunions politiques…

Elle prend de la distance avec cette famille dont elle se sent parfois étrangère et se libère de sa mère qui, au fil des lettres, s’impose comme un poids honteux. Pourtant, elle l’aime. Ces sentiments ambivalents et contradictoires l’effraient…

Dans ce roman rythmé par des lettres et des flash-back, les relations complexes entre les personnages se révèlent lentement, de lourds secrets se dévoilent et Malia finit par se trouver, s’affirmer et comprendre sans renier ceux qui l’ont élevée.

Depuis que je l’ai lu, je pense souvent à ce livre. En vrac, quelques réflexions « boomerang » d’après-lecture.

La construction et le style d’abord. Les lettres d’Angèle, qui trahissent ses difficultés à lire et à écrire, m’ont gênée voire dérangées. Est-ce pour mieux créer une empathie avec Malia ?

Les femmes ensuite. Nous sommes en 1955. Qu’en est-il alors de l’émancipation des femmes ? Elles surfent encore sur la guerre où elles ont prouvé leur capacité à se passer des hommes. En tout cas, j’ai senti un vent de liberté dans ces personnages féminins.

L’importance de l’éducation. La liberté passe aussi par-là, que l’on soit femme ou non. Pour moi, c’est une conviction.

La folie. C’est pour moi l’une des représentations de la fragilité humaine et je suis toujours très touchée par personnages fous. Angèle est bouleversante.

Le contexte historique. Paris, très présent dans le roman, semble bouillonnant avec ses théâtres, ses cinémas, sa population cosmopolite, ses migrants russes qui ont fui la Révolution de 1917, ses meetings politiques… Et tous ces questionnements et ces doutes sur le communisme de Staline. Et les stigmates de la guerre qui ont une répercussion directe sur Malia comme sur beaucoup de sa génération.

 

Gallimard jeunesse
Je vous écrirai, Paule du Bouchet, Gallimard jeunesse, 320 pages, 11 €. Dès 14 ans.

 

Articles similaires

Isabelle Pandazopoulos : « Qui est vraiment Zakarya, coupable idéal ? »

Isabelle Pandazopoulos : « Qui est vraiment Zakarya, coupable idéal ? »

Hervé Tullet : « Chacun va pouvoir créer sa propre chorégraphie et donc sortir du livre »

Hervé Tullet : « Chacun va pouvoir créer sa propre chorégraphie et donc sortir du livre »

Marie-Aude Murail, lauréate du Hans Christian Andersen : « Ce prix, c’est aussi à mes lectrices et à mes lecteurs que je le dois. »

Marie-Aude Murail, lauréate du Hans Christian Andersen : « Ce prix, c’est aussi à mes lectrices et à mes lecteurs que je le dois. »

Hélène Vignal : « Nous avons toutes et tous une Queen Kong en nous »

Hélène Vignal : « Nous avons toutes et tous une Queen Kong en nous »

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à Livresse

Blogs autour de la littérature jeunesse

Blog Coup de Cœur Chapitre.com
Livresse a été sélectionné comme Blog Coup de Cœur par Chapitre.com