La Guerre des Singes de Richard Kurti

Un roman passionnant sur les affres et les dérives du pouvoir ainsi que les conflits qui en découlent… À ne pas rater et à méditer !

Mico est un jeune singe Langur, Papina une jeune Rhésus. Les pacifiques Rhésus sont délogés du cimetière où ils vivaient par une armée de Langur sans pitié. Papina et sa mère réussissent à survivre au massacre mais pas son père, sauvagement assassiné. Un meurtre dont est témoin le jeune Mico qui s’interroge alors sur le fossé qui sépare la parole des siens et leurs actes. Sa rencontre avec Papina va le conforter dans ses doutes et l’inciter à agir de l’intérieur.

La couverture de ce roman, qui m’a été vivement conseillé, est belle mais le titre ne m’inspire guère. Ni l’idée de passer pas loin de 500 pages en compagnie de singes a priori belliqueux. Un sentiment de déjà vu ? Peut-être. Mon appréhension a été rapidement balayée dès les premières pages. Il faut dire que le raisonnement du jeune Mico et le caractère intrépide de Papina m’ont tout de suite plu. Les deux personnages ont vite gommé l’aspect anthropomorphique pour laisser place au romanesque (c’est aussi une histoire d’amour impossible) et au tragique (il est question de survie !). 

Entre intrigues politiques, manipulations machiavéliques et scènes de guerre redoutables, cette histoire en dit long sur le pouvoir… Et quelles résonnances avec l’actualité ! Un roman passionnant, vraiment, qui m’a prouvé, une fois de plus, que le rôle de passeur est essentiel  (merci Amandine) si l’on ne veut pas passer à côté d’une belle surprise (à mes yeux).

 

Thierry-Magnier
La Guerre des singes de Richard Kurti, Thierry-Magnier, 496 pages, 16 €. Dès 13 ans.

Articles similaires

Isabelle Pandazopoulos : « Qui est vraiment Zakarya, coupable idéal ? »

Isabelle Pandazopoulos : « Qui est vraiment Zakarya, coupable idéal ? »

Hervé Tullet : « Chacun va pouvoir créer sa propre chorégraphie et donc sortir du livre »

Hervé Tullet : « Chacun va pouvoir créer sa propre chorégraphie et donc sortir du livre »

Marie-Aude Murail, lauréate du Hans Christian Andersen : « Ce prix, c’est aussi à mes lectrices et à mes lecteurs que je le dois. »

Marie-Aude Murail, lauréate du Hans Christian Andersen : « Ce prix, c’est aussi à mes lectrices et à mes lecteurs que je le dois. »

Hélène Vignal : « Nous avons toutes et tous une Queen Kong en nous »

Hélène Vignal : « Nous avons toutes et tous une Queen Kong en nous »

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à Livresse

Blogs autour de la littérature jeunesse

Blog Coup de Cœur Chapitre.com
Livresse a été sélectionné comme Blog Coup de Cœur par Chapitre.com