Le chapeau de Tétragonie, Benoît Fouchard, Seuil jeunesse

Un voyage onirique et étrange, qui défie les lois de la rationalité, entrepris pour les beaux yeux d’une rousse 

S’appeler Henri, quand on est un jeune garçon au XXIe siècle, ce n’est pas très facile à porter. En plus, ce fameux Henri doit composer avec une timidité maladive, des parents indifférents et un caïd au collège qui le tétanise… Alors pour fuir ce quotidien pesant, il accepte une mission confiée par une rouquine, qui lui donne des ailes. Elle consiste à retrouver le propriétaire d’un chapeau égaré sur le trottoir des Grands Boulevards et qui a été fabriqué dans un pays imaginaire. Là bas, le jeune garçon fait preuve de témérité au point de se surprendre lui-même. Il y croise des personnages étranges parfois effrayants, toujours mystérieux. Et d’autres réels, dans un contexte onirique, ce qui change la donne. Malgré les embûches loufoques qu’il rencontre, Henri s’accroche. Il faut dire qu’à son retour, la jolie rousse lui a promis de dire son prénom…

Esprits cartésiens, cette expérience de lecture risque de dérouter plus d’un. À moins de décider de lâcher-prise et d’accepter de se laisser guider dans ce pays, la Tétragonie, dans lequel les ragondins nauséabonds sont des animaux domestiques et les habitants raffolent des épinards.

Dans ce conte, qui défie toutes les lois de la rationalité, ce qui compte, ce n’est pas la crédibilité de l’histoire dont la fantaisie extravagante peut parfois décontenancer ou, au contraire, amuser, mais davantage ce qui se passe dans la tête d’Henri. À travers ses réflexions, le lecteur découvre un enfant solitaire sans confiance en lui, qui va se forger un caractère pour prendre de la distance avec ce quotidien qu’il subit et s’affirmer en l’affrontant.

Le roman rappelle combien l’imaginaire peut aussi aider à grandir, faute de trouver les leviers dans la réalité. Même si la fin laisse dubitatif, le lecteur ne peut que constater la métamorphose intérieure d’Henri, dont les premiers émois l’ont poussé à entreprendre un voyage incroyable (au premier sens du terme).

Seuil jeunesse
Le chapeau de Tétragonie, Benoît Fouchard, Seuil jeunesse, 186 pages, 12 €.

Articles similaires

#PartirEnLivre 2020 : une version inédite et digitale réussie

#PartirEnLivre 2020 : une version inédite et digitale réussie

Touche-moi, Susie Morgenstern, L’Ardeur, Thierry-Magnier

Touche-moi, Susie Morgenstern, L’Ardeur, Thierry-Magnier

Julian est une sirène, Jessica Love, Pastel

Julian est une sirène, Jessica Love, Pastel

Des vacances timbrées, Mathilde Poncet, Les Fourmis rouges

Des vacances timbrées, Mathilde Poncet, Les Fourmis rouges

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à Livresse

Blogs autour de la littérature jeunesse

Blog Coup de Cœur Chapitre.com
Livresse a été sélectionné comme Blog Coup de Cœur par Chapitre.com