Le cœur en braille de Pascal Ruter

Ce roman est un concentré de poésie, tendre et doux comme un loukoum, avec des personnages capables de vous faire rire aux larmes.


Victor entame l’année scolaire sans illusions. Il a promis de faire mieux mais l’école et lui, c’est un peu une histoire impossible. Heureusement, il a son copain Haïçam, avec qui il mange des loukoums, et la mécanique, une passion qu’il partage avec son père. Contre toute attente, Marie-José, brillante élève, va s’intéresser à lui. Les deux ados, le cancre et la première de la classe, se lient d’amitié (et même un peu plus) pour une belle cause.

J’ai commencé ce roman avec Lou avant de partir en Afrique du Sud. Mais les soirées de juin sont très occupées et le début un peu lent du livre n’a pas fait le poids face à la tornade des spectacles de fin d’année. Il a bien failli se faire oublier mais au dernier moment, j’ai récupéré une version numérique pour lui donner une seconde chance dans l’hémisphère sud.

Quand on voyage, la notion de temps est forcément différente. En reprenant la lecture du roman, l’impression de lenteur perçue au nord de l’Equateur s’est estompée. Ou plutôt, cette lenteur m’a paru en adéquation avec le héros, un hypersensible au langage imagé auquel on finit par s’attacher. Quant aux personnages qui gravitent autour, ils méritent aussi que l’on prenne le temps de faire leur connaissance. Même – ou plutôt surtout − à travers le regard surprenant et décalé de Victor.

Car notre héros a une façon irrésistible de raconter son quotidien et de le rendre poétique.  Et comme c’est lui le narrateur, le lecteur se retrouve dans la tête d’un collégien différent et ça fait du bien de penser autrement. Mais ce qui m’a le plus surpris, c’est d’éclater de rire dans la voiture. Et d’avoir beaucoup de mal à m’arrêter au point de susciter la curiosité de mon entourage.

Sans doute avais-je un trop plein d’émotions à évacuer : je quittais un endroit paradisiaque où j’avais fait des rencontres inoubliables et je venais de m’arrêter devant la maison de Mandela sans le voir mais de le savoir à quelques mètres, ça vous rend toute chose… Bref, j’étais une véritable cocotte-minute et la scène de Victor chez les parents de Marie-José m’a permis de lâcher la pression par le rire (et un peu de larmes). Je l’en remercie encore. 😉 !

Didier jeunesse
Le coeur en braille, Pascal Ruter, Didier jeunesse, 296 pages, 14,20 €. Dès 10 ans.

Articles similaires

L’âge des possibles, Marie Chartres, L’école des loisirs

L’âge des possibles, Marie Chartres, L’école des loisirs

Âge tendre, Clémentine Beauvais, Sarbacane

Âge tendre, Clémentine Beauvais, Sarbacane

Court toujours, une collection qui s’adapte au mode de vie des 15-25 ans

Court toujours, une collection qui s’adapte au mode de vie des 15-25 ans

Balto, le dernier des valets de cœur, Jean-Michel Payet, l’école des loisirs

Balto, le dernier des valets de cœur, Jean-Michel Payet, l’école des loisirs

2 Comments

  1. Bonjour Anne-Flore,

    Je n’ai pas le temps de remercier toutes les personnes qui ont écrit des choses sympathiques -et souvent indulgentes- sur mon roman. Mais je tenais à le faire pour vous car vos lignes m’ont beaucoup touché.
    Une grande et chaleureuse reconnaissance pour votre lecture !

    Bonne journée

    Pascal Ruter

    • Bonsoir Pascal

      J’espère que nous aurons l’occasion de parler de Victor de vive voix !
      Merci en tout cas d’avoir pris le temps de laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à Livresse

Blogs autour de la littérature jeunesse

Blog Coup de Cœur Chapitre.com
Livresse a été sélectionné comme Blog Coup de Cœur par Chapitre.com