Le cœur n’est pas un genou que l’on peut plier

Un roman pour ado qui parle d’immigration, de mariage arrangé, de liberté et où les femmes sont encore une fois l’avenir de l’homme !

Ernestine est une collégienne qui rêve d’être comédienne. Sa sœur Awa, brillante, prépare le bac. Leurs parents sont venus vivre en France juste avant la naissance d’Awa pour une vie meilleure. En contrepartie, Awa a été promise en mariage à un cousin. C’est pour conclure cet accord que la famille a projeté de partir au Sénégal cet été…

Peut-on, au XXIe siècle, contraindre un cœur à se marier au nom d’une promesse ? Les femmes de ce roman répondent non. Elles réussissent subtilement à moderniser la tradition en tordant le cou aux préjugés sur les familles africaines et en respectant l’honneur de chacun.

J’ai lu ce roman en Afrique du Sud qui est bien loin du Sénégal mais où la tradition se confronte à la modernité comme dans tous les pays du monde. Cette histoire fait d’ailleurs écho à un pan de la vie de Nelson Mandela qui s’est enfui à Johannesburg pour échapper à un mariage arrangé par son père adoptif.

Mais là, il n’y a pas de fuite. Il s’agit d’abord d’une prise de conscience par Awa, brillante et sage, du poids des origines qu’elle ne souhaite pas rejeter ce qui forcément complique la donne… D’une remise en question de sa tante dont les choix, qu’elle ne regrette pas, la mettent face à sa solitude… D’une prise en main de sa mère qui ne veut pas lui imposer une décision datée qui mettrait un terme à son avenir prometteur… Du regard pétillant et volontaire de sa petite sœur qui sait ce qu’elle veut et qui a la chance de récolter ce que ses aînées ont semé.

Quatre femmes, ce n’est pas de trop pour sauver l’honneur d’un homme. Quant au cousin qui vit au Sénégal, il ne tient pas plus à honorer cette promesse parentale ce qui en fait un allié bienvenu ! Le tout se lit avec plaisir grâce à un ton dynamique et une écriture agréable et subtile avec, en toile de fond, des proverbes africains et  L’école des femmes de Molière… C’est très chouette.

Thierry-Magnier
Le cœur n’est pas un genou que l’on peut plier, Pauline Penot et Sabine Panet, Thierry-Magnier, 166 pages, 9 €. Dès 13 ans.

Articles similaires

Hervé Tullet : « Chacun va pouvoir créer sa propre chorégraphie et donc sortir du livre »

Hervé Tullet : « Chacun va pouvoir créer sa propre chorégraphie et donc sortir du livre »

Marie-Aude Murail, lauréate du Hans Christian Andersen : « Ce prix, c’est aussi à mes lectrices et à mes lecteurs que je le dois. »

Marie-Aude Murail, lauréate du Hans Christian Andersen : « Ce prix, c’est aussi à mes lectrices et à mes lecteurs que je le dois. »

Hélène Vignal : « Nous avons toutes et tous une Queen Kong en nous »

Hélène Vignal : « Nous avons toutes et tous une Queen Kong en nous »

Alma les réunit quinze ans après Tobie Lolness

Alma les réunit quinze ans après Tobie Lolness

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à Livresse

Blogs autour de la littérature jeunesse

Blog Coup de Cœur Chapitre.com
Livresse a été sélectionné comme Blog Coup de Cœur par Chapitre.com