Le cycle des destins d’Eric Simard

Aylin et Siam est le premier épisode d’une saga de science-fiction prometteuse…

Une collision avec un astéroïde, un tremblement de terre, un tsunami… et voilà Paris rayé de la carte en 2123 ! Enfin, pas tout à fait. Quelques monuments gardent la tête hors de l’eau. Ainsi que le mont Valérien devenu une île où des survivants vivent en communauté. C’est là que grandit Aylin, 13 ans. Ses parents ont péri dans la catastrophe quand elle avait quatre ans.

Les Valériens ont pris l’habitude d’échanger des objets avec les enfants de Dioun, des êtres mystérieux apparus après la catastrophe qui se sont installés dans la tour des Elfes (ancienne tour Eiffel). Les garçons étranges aux doigts palmés sont intouchables car soi-disant toxiques. Mais Aylin transgresse le règlement et scelle  son destin à Siam dans un monde en survie et hostile. Avec des jeux de pistes sous les eaux en compagnie des dauphins, des ingrédients fantastiques et un clin d’œil à la nature.

Ce nouveau titre d’Eric Simard a été l’occasion pour moi d’un échange téléphonique pour publier un article dans dimanche Ouest-France. Nous avons beau être voisins d’une cinquantaine de kilomètres, nos emplois du temps ne nous ont pas permis de nous rencontrer mais on se connaît assez bien maintenant pour que cette incompatibilité d’agenda ne soit pas gênante.

En tout cas, j’étais très contente de faire un zoom sur le lauréat 2012 du Prix dimoitou et sur ce titre en particulier. Les jeunes lecteurs qui aiment les histoires du futur et Paris vont adorer ce premier volet du Cycle du destin. Le mieux, c’est d’écouter Eric Simard en parler !

Syros
Le cycle des destins, Aylin et Siam, Eric Simard, 398 pages, 15,90 e. Dès 11 ans.

Articles similaires

Hervé Tullet : « Chacun va pouvoir créer sa propre chorégraphie et donc sortir du livre »

Hervé Tullet : « Chacun va pouvoir créer sa propre chorégraphie et donc sortir du livre »

Marie-Aude Murail, lauréate du Hans Christian Andersen : « Ce prix, c’est aussi à mes lectrices et à mes lecteurs que je le dois. »

Marie-Aude Murail, lauréate du Hans Christian Andersen : « Ce prix, c’est aussi à mes lectrices et à mes lecteurs que je le dois. »

Alma les réunit quinze ans après Tobie Lolness

Alma les réunit quinze ans après Tobie Lolness

Il était une fois Flore Vesco

Il était une fois Flore Vesco

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à Livresse

Blogs autour de la littérature jeunesse

Blog Coup de Cœur Chapitre.com
Livresse a été sélectionné comme Blog Coup de Cœur par Chapitre.com