Le gravillon de pavillon qui voulait voir la mer, Claire Schvartz, Les Fourmis rouges

Un album absurde et sémillant qui donne des ailes à un gravillon de pavillon

On ne s’imagine pas ce qu’est la vie d’un gravillon. À vrai dire, on n’y pense même pas. Et pourtant, dans l’entrée du pavillon de cet album, il y a un gravillon qui mérite toute notre attention. Certes, à première vue, Dany ressemble à ses 18 300 frères et sœurs et vit une vie banale de gravillon de pavillon, écrasé par des pas, dans le meilleur des cas. Et parfois par une roue, mais c’est beaucoup plus lourd.

Mais Dany, qui n’en a pas l’air comme ça, est aussi un gravillon très curieux qui aspire à une vie meilleure. Aussi, lorsqu’un galet ramassé sur la plage débarque dans l’allée du pavillon et se met à raconter sa vie de galet, Dany n’a plus qu’une idée en tête : aller voir la mer. Comment ? Dany est aussi très obstiné. Puisqu’il ne peut pas marcher, il va rouler avec Serge, son ami boursier.

Il suffit de deux yeux, un nez et une bouche pour donner vie à un gravillon et le rendre crédible avec des expressions qui en disent long sur ses émotions de gravillon. Le trait est simple, frais et efficace. Il n’en faut pas plus pour plonger dans cette histoire malgré l’extravagance du propos.

La suite est une succession de péripéties à hauteur de gravillon avec tous les ingrédients d’une aventure semée d’embûches et de rencontres pas toujours bonnes : de la témérité, du courage, de la débrouillardise, de la complicité, de la loyauté et un sacré vent de liberté ! Ainsi qu’une fin à la mesure des risques encourus.

Les illustrations, entrecoupées par le point de vue de Dany qui donne le tournis, complètent un texte qui se prête parfaitement à la lecture à voix haute. Le tout avec un humour absurde et décalé.

Les Fourmis rouges
Le gravillon qui voulait voir la mer, Claire Schvartz, Les Fourmis rouges, 40 pages, 14 €. Dès 4 ans.

Articles similaires

Hervé Tullet : « Chacun va pouvoir créer sa propre chorégraphie et donc sortir du livre »

Hervé Tullet : « Chacun va pouvoir créer sa propre chorégraphie et donc sortir du livre »

Marie-Aude Murail, lauréate du Hans Christian Andersen : « Ce prix, c’est aussi à mes lectrices et à mes lecteurs que je le dois. »

Marie-Aude Murail, lauréate du Hans Christian Andersen : « Ce prix, c’est aussi à mes lectrices et à mes lecteurs que je le dois. »

Alma les réunit quinze ans après Tobie Lolness

Alma les réunit quinze ans après Tobie Lolness

Il était une fois Flore Vesco

Il était une fois Flore Vesco

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à Livresse

Blogs autour de la littérature jeunesse

Blog Coup de Cœur Chapitre.com
Livresse a été sélectionné comme Blog Coup de Cœur par Chapitre.com