Le pirate et le gardien du phare de Simon Gauthier et Olivier Desvaux

Un album pour les grands, aux illustrations irrésistibles et à lire à voix haute !

À gauche, le haut d’un phare. Sur la passerelle qui entoure la lanterne, un vieux gardien est penché. Son ombre se reflète, immense sur la voile d’un bateau qui remplit presque toute la page. J’avoue. Depuis que cet album trône sur mon canapé (celui avec toutes les piles de livres), je suis irrésistiblement attirée. Moi qui pensais échapper au pouvoir de la couverture…

En même temps, ce serait dommage de rester scotcher devant et de se priver de l’ouvrir. D’autant qu’à l’intérieur, les peintures à l’huile jouent sur les lumières et les ombres et créent aussi des émotions. Comme ce ciel au crépuscule dans lequel les nuages, dorés par les derniers rayons du soleil, prennent une teinte orange sanguine. Ou encore cette complicité, entre le gardien et le jeune pêcheur, si bien exprimée par leurs regards.

Et l’histoire ? Il s’agit d’un conte inspiré du Phare du bout du monde de Jules Vernes, explique l’argumentaire. Grand Jacques est un gardien de phare heureux qui ne boude pas son plaisir. Surtout le soir quand l’heure est venue d’allumer la lanterne. Se sentir utile aux navigateurs de tous horizons est un sentiment qui le comble. Mais un jour, le brouillard s’installe, épais et compact, obligeant le vieil homme à descendre les marches pour tirer des coups de canon pendant plusieurs soirs de suite. L’exercice l’épuise et le contraint à demander de l’aide. Petit Jean, un pêcheur sans le sou avec une famille nombreuse à charge, lui propose ses services et même plus ! Car dans les parages rode le terrible pirate Barbe-rousse, jaloux du bonheur du Grand Jacques et bien décidé  à y mettre un terme…

Le texte musical et rythmé, mérite d’être lu à voix haute. Je n’ai pas encore pu l’expérimenter mais Marianne l’a raconté à ses deux garçons qui ont adoré et ri ! Cet après-midi, j’embarque l’album à TAKAlire !

Didier jeunesse
Le pirate et le gardien du phare, Simon Gauthier et Olivier Desvaux, Didier jeunesse, 40 pages, 14,20 €. Dès 7 ans.

Articles similaires

Hervé Tullet : « Chacun va pouvoir créer sa propre chorégraphie et donc sortir du livre »

Hervé Tullet : « Chacun va pouvoir créer sa propre chorégraphie et donc sortir du livre »

Marie-Aude Murail, lauréate du Hans Christian Andersen : « Ce prix, c’est aussi à mes lectrices et à mes lecteurs que je le dois. »

Marie-Aude Murail, lauréate du Hans Christian Andersen : « Ce prix, c’est aussi à mes lectrices et à mes lecteurs que je le dois. »

Hélène Vignal : « Nous avons toutes et tous une Queen Kong en nous »

Hélène Vignal : « Nous avons toutes et tous une Queen Kong en nous »

Alma les réunit quinze ans après Tobie Lolness

Alma les réunit quinze ans après Tobie Lolness

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à Livresse

Blogs autour de la littérature jeunesse

Blog Coup de Cœur Chapitre.com
Livresse a été sélectionné comme Blog Coup de Cœur par Chapitre.com