L’envol d’Osvaldo, Thomas Baas, Père Castor

Un album XXL pour apprendre à ouvrir ses yeux et son cœur et pour ne pas passer à côté de l’âme sœur

Osvaldo a une vie réglée comme du papier à musique. Il la partage avec Piou-Piou un oiseau dont le chant suffit à le combler. Mais un jour, l’oiseau ne chante plus et le quotidien d’Osvaldo se retrouve ébranlé par ce silence inattendu. Il se met alors en quête du bonheur perdu et se retrouve au milieu d’une jungle dans laquelle son Piou-Piou jouit d’une liberté retrouvée et goûte à ce qui ressemble à l’amour. Pour Osvaldo qui n’a jamais quitté son quartier, cette aventure en milieu hostile va lui ouvrir le regard et lui permettre de comprendre que le bonheur peut se trouver au-delà de son intérieur douillet et l’amour, juste à quelques mètres, sur son palier.

L’amitié suffit-elle pour combler une vie ? Quel sens a-t-elle quand elle enferme et empêche de s’ouvrir aux autres ? Le silence de Piou-Piou est salvateur car elle oblige Osvaldo de sortir de son bonheur torpeur. En introduisant une plante magique dans son intérieur pour retrouver sa vie antérieure, il va ouvrir une porte vers l’extérieur.

Osvaldo a le sens de l’amitié très développé et est prêt à tout pour retrouver son ami mais certainement pas de le priver de liberté et encore moins d’amour. C’est le bonheur de Piou-Piou qui compte avant tout.

Les illustrations montrent un Osvaldo au regard perdu, aveuglé par son inquiétude et qui ne voit pas sa voisine au regard triste. L’amitié exclusive peut s’avérer envahissante comme cette plante magique qui envahit les pages mais lorsqu’elle transforme en jungle (dans une double page avec rabats dépliants) elle oblige Osvaldo à regarder autour de lui et à ouvrir ses oreilles aussi…

Père Castor
L’envol d’Osvaldo, Thomas Basas, Père castor, 32 pages, 17 €. Dès 5 ans.

Articles similaires

Des albums jeunesse par milliers

Des albums jeunesse par milliers

Les Derniers branleurs de Vincent Mondiot lauréat du prix Vendredi

Les Derniers branleurs de Vincent Mondiot lauréat du prix Vendredi

« Le XIXe est un siècle extrêmement dur pour les femmes »

« Le XIXe est un siècle extrêmement dur pour les femmes »

Soleil glacé, Séverine Vidal, Robert Laffont

Soleil glacé, Séverine Vidal, Robert Laffont

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à Livresse

Blogs autour de la littérature jeunesse

Blog Coup de Cœur Chapitre.com
Livresse a été sélectionné comme Blog Coup de Cœur par Chapitre.com