Les bébés ont un goût salé de Dominique Sampiero

Un petit roman ancré dans la réalité, triste et émouvant, à portée d’adolescents

Malika a 13 ans. Elle vit dans une cité du Nord de la France, avec sa mère Nathalie et sa petite sœur Malvina qui n’a que cinq mois et qu’elle adore. Son père, lui, est parti pour une autre laissant Nathalie en vrac. Ce jour-là, Malika est inquiète. C’est la deuxième fois que sa mère fugue mais pas question de le dire. De toute façon, avec Malvina, elle assure.

Sauf que là, le centre social qu’elle fréquente avec sa bande a prévu une sortie à la mer. Tant pis, elle n’ira pas. Mais quand Steven vient la chercher lui assurant que sa mère a signé l’autorisation, les deux ados  réagissent en ados, sans mesurer réellement les conséquences de leur acte. Mais voir la mer pour la première fois, ça ne se refuse pas !

Ce petit roman mené à la première personne donne à voir une réalité dérangeante et insécuritante : la faille parentale avec l’absence d’un père et la fragilité d’une mère. Ce n’est pas l’amour maternelle qui manque à Malika. La façon dont elle évoque sa mère montre le contraire. Mais l’amour ne suffit pas pour grandir. Le lecteur perçoit entre les lignes la souffrance de Nathalie à travers son irresponsabilité et ses absences désespérées obligeant sa fille de 13 ans à prendre en charge un bébé de quelques mois.

Quant à Malika, comment lui en vouloir de fuir les services sociaux − qui, à coup sûr les sépareront, elle, sa sœur et sa mère − et d’oser s’enfuir en toute illégalité au côté du garçon qui lui fait chavirer son cœur. Car le roman raconte aussi les sentiments et les émois d’une adolescente qui endosse des responsabilités trop lourdes pour son âge et qui se sent mieux entourée par sa bande que toute seule chez elle. Du côté des animateurs, en revanche, on peut s’interroger sur leur décision : inconscience ou courage ?

Malika ne verra plus jamais sa mère mais elle aura goûté à la mer pour la première fois avec sa petite sœur et celui qu’elle aime et finira par retrouver son père… Un texte court et émouvant, sans lourdeur ni jugement, à portée d’adolescents qui n’ont pas peur de se confronter à la vie telle qu’elle est aussi.

Cette fiction inspirée d’un fait réel ouvre la collection Zestes aux éditions Rue du monde. « Des textes courts pour ados, une vraie écriture et la vie comme elle va : amère parfois, acidulée souvent et toujours un zeste de fraîcheur. Format tonique, couverture avec couleur en ton direct et photo pour une collection ancrée dans la réalité. »

 

Rue du Monde
Les bébés ont un goût salé de Dominique Sampiero, Rue du monde, 108 pages, 9,50 €. Dès 12 ans.

 

 

Articles similaires

Isabelle Pandazopoulos : « Qui est vraiment Zakarya, coupable idéal ? »

Isabelle Pandazopoulos : « Qui est vraiment Zakarya, coupable idéal ? »

Hervé Tullet : « Chacun va pouvoir créer sa propre chorégraphie et donc sortir du livre »

Hervé Tullet : « Chacun va pouvoir créer sa propre chorégraphie et donc sortir du livre »

Marie-Aude Murail, lauréate du Hans Christian Andersen : « Ce prix, c’est aussi à mes lectrices et à mes lecteurs que je le dois. »

Marie-Aude Murail, lauréate du Hans Christian Andersen : « Ce prix, c’est aussi à mes lectrices et à mes lecteurs que je le dois. »

Alma les réunit quinze ans après Tobie Lolness

Alma les réunit quinze ans après Tobie Lolness

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à Livresse

Blogs autour de la littérature jeunesse

Blog Coup de Cœur Chapitre.com
Livresse a été sélectionné comme Blog Coup de Cœur par Chapitre.com