Les petites reines, Clémentine Beauvais, Sarbacane

Les petites reines, Clémentine Beauvais, Sarbacane

Un road trip à deux roues servi à la sauce humour piquant et vivifiant ! Clémentine Beauvais, écrivaine très prometteuse, n’a pas fini de nous surprendre.

Mireille, Astrid et Hakima ont été élues boudins de l’année de leur lycée. Pour Mireille, ce n’est pas une première. Elle s’étonne même de n’obtenir que la médaille de bronze. Pour les deux autres, le choc est rude mais il a le mérite de les réunir… pour mieux rebondir. Comme elles ont toutes les trois de bonnes raisons de rencontrer des personnes à la Garden-party du 14 juillet, elles décident de s’y rendre à vélo au départ de Bourg-en-Bresse. Pour financer le voyage, elles vendent des boudins…

Le genre comique dans les romans ados est assez rare pour être remarqué. Ce roman-là est un road trip à deux roues servi à la sauce humour piquant et vivifiant. Le sourire vous accompagne de la première à la dernière ligne. Comment ne pas se laisser embarquer par cette Mireille – premier boudin d’or de son lycée – qui manie l’autodérision avec une verve à toute épreuve ? Même si son idée de rejoindre Paris à vélo de Bourg-en-Bresse avec les deux autres lauréates paraît farfelue, on y croit ! L’histoire tient la route et la lire est un véritable régal (même quand on n’aime pas le boudin) !

En ces temps moroses et un peu compliqués (pour moi), la lecture de ce roman m’a fait rire et, corrélativement, beaucoup de bien (je milite pour l’humour comme médicament thérapeutique). Du coup, j’ai eu envie d’en savoir plus sur celle qui a su autant m’enthousiasmer avec sa plume percutante et grinçante, touchante aussi (entretien sur Ouest-France.fr). J’étais encore plus curieuse lorsque j’ai réalisé que c’était elle qui avait signé La pouilleuse, un roman dur et tellement sombre que je n’ai pas réussi à le partager malgré ses qualités narratives.

Clémentine Beauvais n’a que 26 ans et déjà une quinzaine de livres publiés en jeunesse. Brillante, elle est partie étudier à l’université de Cambridge en Angleterre où elle a désormais posé ses valises. L’agitation qui accompagne le succès Les petites reines (dont trois « T » dans Télérama !) ne semble pas l’atteindre outre-manche. « Mes amis et même mon compagnon n’ont pas lu le livre » relativise-t-elle tout en appréciant les multiples chroniques écrites sur la blogosphère depuis la parution du livre, le 1er avril. Surtout celles d’adolescents « capables de discernement sur l’esthétisme d’un roman ». Depuis la sortie simultanée de Carambol’ange et Les petites reines, elle se consacre à son métier de chercheuse en sociologie et philosophie de l’enfance à Homerton College, toujours à l’université de Cambridge. Pas de nouveau projet d’écritures dans l’immédiat mais de mon côté, je compte bien suivre cette plume prometteuse !

Les petites reines, Clémentine Beauvais, Sarbacane, 304 pages, 17 €.

Articles similaires

Alma les réunit quinze ans après Tobie Lolness

Alma les réunit quinze ans après Tobie Lolness

Il était une fois Flore Vesco

Il était une fois Flore Vesco

Marie-Aude Murail : « Moi, je veux être du présent »

Marie-Aude Murail : « Moi, je veux être du présent »

Émile fait la politique

Émile fait la politique

1 Comment

  1. ce livre est juste génial
    je l’ai lu en a peine 1h !
    Il est vraiment chouette et il traite tous les sujets d’une façon remarquable

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à Livresse

Blogs autour de la littérature jeunesse

Blog Coup de Cœur Chapitre.com
Livresse a été sélectionné comme Blog Coup de Cœur par Chapitre.com