Les sandales de Rama de Tristan Koëgel

Son premier roman embarquait le lecteur en Somalie, son deuxième nous entraîne au cœur du Népal…

Upendra vend des barbes à papa à Katmandou et rêve de devenir guide. Il rêve aussi de Satiya, une ancienne Kumari qui était considérée comme une déesse vivante jusqu’à sa puberté. Son meilleur ami, affublé d’un singe attachant, va aider l’amoureux à aborder la belle. Les jeunes ados finissent par s’apprivoiser mais le père de Satiya à d’autres projets pour sa fille qu’il compte marier au fils d’un bijoutier…

Cette histoire d’amour impossible se distingue par les senteurs de Katmandou, omniprésentes. Surtout, elle prend une tournure particulière quand la mort s’en mêle. S’en suit une quête initiatique, unique et singulière. Un voyage, en altitude, lent et étonnant, dont on ressort apaisé.

J’ai pris le temps de lire ce roman dont j’ai apprécié la lenteur. J’ai d’abord savouré les odeurs et les couleurs de la ville népalaise que je ne connais pas mais dont les descriptions ont nourri mon imaginaire. Puis, j’ai découvert ce qu’était un fakir (j’ai pensé au dessin d’Hergé dans Tintin au pays des Maharadjahs) dont j’ignorais tout finalement. Enfin, je me suis laissée prendre par ce trekking extrême, proche du toit du monde. Il y a aussi ce système de castes injustes et toute une réflexion sur la mort et le sens de la vie…

Après Le grillon, où l’on découvrait la piraterie contemporaine en Somalie, Les sandales de Rama embarquent le lecteur dans un ailleurs complètement différent et créent une nouvelle surprise. On en redemande.

PS : Le grillon fait partie de la sélection du Prix ados de Rennes 2014-2015

Didier jeunesse
Les sandales de Rama, Tristan Koëgel, Didier jeunesse, 224 pages, 14,20 €. Dès 13 ans.

Articles similaires

Isabelle Pandazopoulos : « Qui est vraiment Zakarya, coupable idéal ? »

Isabelle Pandazopoulos : « Qui est vraiment Zakarya, coupable idéal ? »

Hervé Tullet : « Chacun va pouvoir créer sa propre chorégraphie et donc sortir du livre »

Hervé Tullet : « Chacun va pouvoir créer sa propre chorégraphie et donc sortir du livre »

Marie-Aude Murail, lauréate du Hans Christian Andersen : « Ce prix, c’est aussi à mes lectrices et à mes lecteurs que je le dois. »

Marie-Aude Murail, lauréate du Hans Christian Andersen : « Ce prix, c’est aussi à mes lectrices et à mes lecteurs que je le dois. »

Alma les réunit quinze ans après Tobie Lolness

Alma les réunit quinze ans après Tobie Lolness

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à Livresse

Blogs autour de la littérature jeunesse

Blog Coup de Cœur Chapitre.com
Livresse a été sélectionné comme Blog Coup de Cœur par Chapitre.com