L’oiseau blanc, Alex Cousseau et Charles Dutertre, Le Rouergue

Une histoire, triste et belle, librement inspirée d’un personnage réel, illustrée avec minutie et récompensée par le prix Bologna Ragazzi 2018, catégorie fiction

On ne présente plus Alex Cousseau et Charles Dutertre. L’un manie la plume avec poésie, l’autre le crayon avec style. Leur complicité dans la vie se traduit dans de multiples albums aux propos variés, allant de la vie bucolique de Louison Mignon, au conte philosophique Du chat qui est chien en passant par la fable anti-matérialiste du Roi qui n’a rien.

L’Oiseau blanc raconte l’histoire de deux hommes qu’un océan sépare mais que les rêves rassemblent. L’un est aviateur, l’autre rêve de voler. Leur route se croise sur les terres de l’Indien, appelé Oiseau blanc. L’aviateur, appelé Tourbillon, propose à Oiseau blanc de réaliser son rêve en grimpant dans son avion.

Et quel est le rêve de Tourbillon ? Construire l’avion qui lui permettra de relier l’Europe à l’Amérique en survolant le désert bleu. Comme un rêve qui se réalise en appelle un autre, Oiseau blanc n’a plus qu’une idée en tête : aller voir l’océan. Il embarque son fils, Caillou d’or, dans un voyage qui dure huit saisons.

Au bord de l’océan Atlantique, Oiseau blanc retrouve au-dessus de sa tête Tourbillon dans son avion en péril. Il a presque réalisé son rêve mais échoue dans l’océan. Oiseau blanc l’y rejoint, pour l’éternité, laissant Caillou d’or, seul, avec des larmes mais aussi des mots pour raconter cette histoire d’amitié et de rêves.

Oiseau blanc, c’est aussi le nom de l’avion de Charles Nungesser, aviateur français et héros de la Première Guerre mondiale qui tenta le 8 mai 1927 avec François Coli la première traversée transatlantique sans escale. Ils disparaîtront deux semaines plus tard.

Comme dans ses romans, Alex Cousseau glisse dans son album un personnage réel. Il ajoute à son histoire fictive qui interroge sur les rêves et la quête du bonheur, une dimension historique. Charles Dutertre s’approprie le récit en un trait résolument graphique et contemporain, joue avec les couleurs et les formes avec contraste et minutie, et donne à cette « vielle » histoire une dimension moderne, tournée vers l’avenir.

Le Rouergue
L’oiseau blanc, Alex Cousseau et Charles Dutertre, Le Rouergue, 56 pages, 16€. Dès 6 ans.

Articles similaires

#PartirEnLivre 2020 : une version inédite et digitale réussie

#PartirEnLivre 2020 : une version inédite et digitale réussie

Touche-moi, Susie Morgenstern, L’Ardeur, Thierry-Magnier

Touche-moi, Susie Morgenstern, L’Ardeur, Thierry-Magnier

Julian est une sirène, Jessica Love, Pastel

Julian est une sirène, Jessica Love, Pastel

Des vacances timbrées, Mathilde Poncet, Les Fourmis rouges

Des vacances timbrées, Mathilde Poncet, Les Fourmis rouges

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à Livresse

Blogs autour de la littérature jeunesse

Blog Coup de Cœur Chapitre.com
Livresse a été sélectionné comme Blog Coup de Cœur par Chapitre.com