Mon chagrin éléphant de Cécile Roumiguière et Madalena Matoso, Thierry-Magnier

Mon chagrin éléphant de Cécile Roumiguière et Madalena Matoso, Thierry-Magnier

Un album tendre et subtil sur la mort, l’absence et le chagrin, gros comme un éléphant.

C’est en revenant du cimetière, où il vient d’enterrer sa mamiette, que le petit garçon a vu pour la première fois l’éléphant. « Ton chagrin, c’est moi, lui a dit l’animal, je suis ton chagrin éléphant. » Depuis, il le suit partout. C’est parfois gênant un éléphant. C’est même imposant. Parfois, il enfle. D’autre fois, il rapetisse…

Cet album aborde, avec subtilité et tendresse, la mort, l’absence et le chagrin. Une thématique forte et triste qui contraste avec les illustrations graphiques et colorées permettant une première mise à distance de l’émotion suscitée par l’histoire. Une émotion qui prend la forme d’un éléphant, un personnage familier de la littérature jeunesse avec un joli clin d’œil à Babar, Elmer, Pomelo, Mon chat…

Mais cet éléphant-là, ou plutôt ce chagrin éléphant, n’existe pas dans les livres. À part ce livre-là, dans lequel il remplit les pages alors qu’au départ ce n’était qu’une ombre. Qui est-il ? Un ami avec qui on chante des comptines. Mais un ami encombrant aussi qui prend toute la place dans le lit.

Thierry-Magnier
32 pages, 15 €. Dès 4 ans.

Avec le temps, l’enfant prend conscience qu’il est temps de prendre ses distances sans pour autant abandonner cet éléphant qui a su si bien lui tenir compagnie lorsque sa mamie est partie. Mais maintenant qu’il est devenu tout petit, c’est beaucoup plus facile de lui faire un gros câlin quand il en a besoin.

Entre le texte poétique et les illustrations aux nombreux détails qui le complètent (le cimetière, le cadre avec une photo du petit garçon en compagnie de sa mamiette, la taille de l’éléphant), cette histoire est aussi l’occasion d’évoquer les relations qui lient les grands-parents et leurs petits-enfants.

Articles similaires

Hervé Tullet : « Chacun va pouvoir créer sa propre chorégraphie et donc sortir du livre »

Hervé Tullet : « Chacun va pouvoir créer sa propre chorégraphie et donc sortir du livre »

Marie-Aude Murail, lauréate du Hans Christian Andersen : « Ce prix, c’est aussi à mes lectrices et à mes lecteurs que je le dois. »

Marie-Aude Murail, lauréate du Hans Christian Andersen : « Ce prix, c’est aussi à mes lectrices et à mes lecteurs que je le dois. »

Hélène Vignal : « Nous avons toutes et tous une Queen Kong en nous »

Hélène Vignal : « Nous avons toutes et tous une Queen Kong en nous »

Alma les réunit quinze ans après Tobie Lolness

Alma les réunit quinze ans après Tobie Lolness

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à Livresse

Blogs autour de la littérature jeunesse

Blog Coup de Cœur Chapitre.com
Livresse a été sélectionné comme Blog Coup de Cœur par Chapitre.com