Petite sélection de romans pour les 9-11 ans

De l’émotion, du suspense ou de l’humour… il y en a pour tous les goûts !

Courir avec des ailes de géants
Glenn vit avec une mère française et un père australien à Sidney. Depuis l’âge de huit ans, il adore courir tous les jours avec son père et ses frères le long de la côte. Jusqu’au jour où son père disparaît dans un accident d’avion. La famille, ébranlée, retourne vivre en France. C’est le temps de deuil. Glenn s’enferme, refuse de parler le français et craint le déracinement. La seule chose qui l’apaise est la course à pieds. Avec les encouragements bienveillants de son grand-père, Glenn s’inscrit au Marathon de Sidney. Une façon pour lui de surmonter la perte et de reprendre goût à la vie.

Plusieurs choses interpellent dans ce court roman. D’abord les images de Sidney très prégnantes au début du roman : les grands espaces, la lumière, les vagues… Les différentes phases du deuil vécues par Glenn qui passent notamment par son incapacité à parler français. Le lien avec son grand-père qui va jouer un rôle essentiel et bienveillant. Quant au défi sportif, il emporte le lecteur qui se surprend à être ému.

Chat noir
Dans la cité moyenâgeuse où vit Sasha, rôde un voleur aux allures de chat noir, perçu comme un justicier par les uns ou comme un monstre par les autres. Le seigneur promet une belle récompense à celui qui le captura. Sasha, fils de forgeron, rêve de séduire la baronnette Phélina. Et s’il réussissait à attraper le félin, peut-être que la belle accepterait de l’épouser ?

Suspense, tragédie, amour impossible, secrets… Tous les ingrédients sont réunis pour tenir en haleine le lecteur dans une atmosphère moyenâgeuse et un peu fantastique (mais pas trop) sur fond de guerre aussi (mais une guerre très particulière). Le plus ? L’amitié détonnante mais indéfectible entre Sasha et Cagouille qui apporte une bonne dose d’humour au récit très bien ficelé. Le moins ? C’est un tome 1 donc il faut attendre la suite parce qu’il reste encore plein de points à éclaircir !

Deux familles pour Lulu
La vie de Lulu n’est pas très stable. Il passe de famille d’accueil en famille d’accueil avec des expériences plus ou moins agréables. Cette fois-ci, le couple qui s’occupe de lui semble attentif et bienveillant. Et puis, il n’est pas le seul enfant dans la maison à avoir vécu de mauvaises choses, ça relativise. Lulu se sent enfin bien. C’est à ce moment-là que sa vraie maman, qu’il voit de temps en temps, lui présente son amoureux…

Ils sont rares les romans où il est question de parents défaillants et d’enfants maltraités. Le sujet est difficile mais il est traité sans lourdeur. Surtout, il décrypte les émotions de l’adolescent qui tente de trouver des repères. Tout s’arrange à la fin. Excès de bons sentiments ? Trop bien pour être réaliste ? Qu’importe, on a quand même envie d’y croire.

Wi-Fi Génie
Une semaine chez sa grand-mère à Morlaix pendant que ses parents se la coulent douce à Venise ??? Fabien est vénère. Surtout, il appréhende les randonnées avec mamie. Il faut dire que Fabien est plus un geek qu’un sportif. Sa grand-mère le sait, c’est sans doute pour cela qu’elle lui laisse un ordinateur préhistorique et en rade dans sa chambre. En quelques clics, il en sort un génie qui propose à Fabien trois vœux, avec quelques mises en garde tout de même. Désormais, l’adolescent imagine sa semaine avec des possibles à l’infini…

Voilà un roman drôle qui embarque le lecteur dans une aventure originale complètement irréelle ou plutôt virtuelle, très rythmée. Une sorte de conte moderne à la sauce informatique avec une fin quasi apocalyptique. On s’amuse mais, au passage, on mesure la nocivité des virus et si l’on veut aller plus loin, on peut réfléchir, voire philosopher, sur les notions de virtualité et réalité. Mais on peut aussi juste se divertir. Chacun fera ce qui lui plaira !

 

 

 

 

 

 

 

 

Articles similaires

Isabelle Pandazopoulos : « Qui est vraiment Zakarya, coupable idéal ? »

Isabelle Pandazopoulos : « Qui est vraiment Zakarya, coupable idéal ? »

Hervé Tullet : « Chacun va pouvoir créer sa propre chorégraphie et donc sortir du livre »

Hervé Tullet : « Chacun va pouvoir créer sa propre chorégraphie et donc sortir du livre »

Marie-Aude Murail, lauréate du Hans Christian Andersen : « Ce prix, c’est aussi à mes lectrices et à mes lecteurs que je le dois. »

Marie-Aude Murail, lauréate du Hans Christian Andersen : « Ce prix, c’est aussi à mes lectrices et à mes lecteurs que je le dois. »

Alma les réunit quinze ans après Tobie Lolness

Alma les réunit quinze ans après Tobie Lolness

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à Livresse

Blogs autour de la littérature jeunesse

Blog Coup de Cœur Chapitre.com
Livresse a été sélectionné comme Blog Coup de Cœur par Chapitre.com