Rencontre avec Antoine Dole alias Mr Tan, le père de Mortelle Adèle

Rencontre avec Antoine Dole alias Mr Tan, le père de Mortelle Adèle

Romancier sombre et scénariste désopilant, l’auteur de Mortelle Adèle assume sa complexité. Son nouveau personnage Gadou est un panda qui s’adresse aux tout-petits.

Qui se cache derrière Adèle, ce personnage de BD jeunesse adulé par les 7-10 ans ? La silhouette qui apparaît avance masquée. Mais c’est un leurre. Si Antoine Dole alias Mr Tan accepte de recevoir dans chez lui en région parisienne avec les gestes barrières, ce n’est pas pour se taire. Au contraire. Sa parole, posée et réfléchie, est généreuse. À 39 ans, l’artiste se livre avec lucidité et sérénité : ses fêlures, ses douleurs, ses contradictions aussi.

>>> Ecoutez la rencontre, projet d’une nouvelle série de podcast

Qui se cache derrière ? une nouvelle série de podcast en cours de réalisation

D’un côté, ce romancier noir et torturé, auteur de Je reviens de mourir, son premier roman jeune adulte paru en littérature jeunesse en 2008. De l’autre, ce scénariste irrévérencieux et colérique de Mortelle Adèle, la star des cours d’école depuis 2012. Entre les deux, c’est le grand écart. « Pendant longtemps, j’ai eu du mal à réconcilier mes deux univers. En renouant ces deux casquettes, des nuances sont venues enrichir mes livres et m’ont fait grandir en tant qu’auteur. »

« Adèle, c’est mon négatif »

Avant d’être l’héroïne d’une BD, la petite fille aux couettes et au front plissé est née dans les cahiers d’Antoine, à 14 ans. Le collégien aime dessiner. « Adèle, c’est mon négatif. » À l’intérieur, l’ado est en colère mais, à l’extérieur, il est timide. « Je lui faisais dire tout ce que je n’arrivais pas à exprimer. » Le lycéen adore écrire aussi. « Lorsque j’ai dit à ma prof de français que je voulais devenir écrivain, elle était très gênée pour moi. Pour elle, je n’étais pas assez bon en grammaire. »

Malgré les vents contraires, Antoine quitte Chambéry pour Paris avec, dans ses bagages, un bac littéraire. Le jeune adulte peine toujours à se dévoiler à l’oral. Il décide donc de le faire à l’écrit, dans un blog. « Une sorte de journal intime, pas du tout intime. Je publiais des sensations, des impressions, des avis, des souvenirs… » Ses écrits sont repérés par Sarbacane, premier éditeur jeunesse à le publier. Ses romans explorent l’incommunicabilité et la solitude. En 2017, il reçoit la mention spéciale du jury Naissance des cœurs de pierre (Actes sud junior) du Prix Vendredi, le « Goncourt » de la littérature jeunesse.

Parallèlement, Antoine continue à dessiner Adèle, son alter ego, mais à la fin de ses mails désormais. « C’est comme ça qu’elle a été repérée et qu’elle est devenue un personnage de BD. » Pour se différencier du romancier, Mr Tan fait son apparition en 2012 avec le premier tome de Mortelle Adèle (Tourbillon puis Bayard), une petite fille de son époque qui n’hésite pas à désobéir et à déjouer la norme qu’on lui impose.

Antoine Dole et Diane Le Feyer.

Paradoxalement, Mr Tan se limite à l’écriture du scénario et laisse les pinceaux à Miss Prickly puis à Diane Le Feyer, à cause d’une douleur au pouce. « On me l’a cassé au collège. » Cette douleur « psychologique » a disparu, il y a un peu plus de deux ans, le jour où il est retourné sur les lieux de la blessure. « Jusqu’alors, je minimisais les violences scolaires dont j’avais été victime. Là, j’ai pris conscience de l’impact de la blessure sur ma vie et mes personnages : des outsiders qui essayent de se lier au monde et de s’affirmer. »

« Le Japon fait partie de moi »

Réparé et apaisé, Antoine Dole se sent aujourd’hui complet et autorise M. Tan à se lancer dans l’illustration. Gadou, son nouveau personnage curieux et décidé à découvrir le monde, s’adresse aux tout-petits. Cartes postales, livres, stickers… Le panda est omniprésent dans son bureau et sa figurine se fond parfaitement dans la collection de mascottes japonaises qui tapissent l’un des murs de la pièce. « Le Japon fait partie de moi. J’y suis allé cinq fois depuis 2015. » Ce pays le bouleverse. « Construit sur des failles, il raconte que l’on peut apprendre à vivre sur un territoire hostile. » Il l’inspire aussi. « Au Japon, il y a cette célébration d’un dessin épuré qui touche à l’universel, c’est fascinant. »

Photo : Antoine Dole.

Tous ces talismans rapportés de là-bas, il les met aussi en scène dans des livre-photos et écrit aussi des mangas (Glénat) … « J’ai la chance de pouvoir m’exprimer sur plusieurs supports. » Et comme c’est un boulimique de travail, il en profite. En témoigne l’actualité de Mr Tan ce printemps 2021 : en plus de la sortie de Gadou fait tout etdeGadou au Japon (Bayard), il signe Les bêtises c’est maintenant ! 2e roman de Mortelle Adèle (Bayard) et Un jour je te porterai Chance (Actes sud junior) ; en mai, sort le tome 18 de Mortelle Adèle et en juin le tome 3 de la BD 109 rue des soupirs (Casterman). Et à la rentrée, Antoine Dole publie son premier roman en littérature générale…

Rencontre parue dans dimanche Ouest-France le 4 avril 2021.

Articles similaires

Il était une fois Flore Vesco

Il était une fois Flore Vesco

Rencontre avec Jean-Claude Mourlevat, le « Nobel » de la littérature jeunesse

Rencontre avec Jean-Claude Mourlevat, le « Nobel » de la littérature jeunesse

La Grèce en vers, une pépite poétique

La Grèce en vers, une pépite poétique

Nuit étoilée de Jimmy Liao, album lauréat du prix Sorcières 2021

Nuit étoilée de Jimmy Liao, album lauréat du prix Sorcières 2021

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à Livresse

Blogs autour de la littérature jeunesse

Blog Coup de Cœur Chapitre.com
Livresse a été sélectionné comme Blog Coup de Cœur par Chapitre.com