Salut les p’tits amis ! Hollis Kurman et Barroux, Rue du monde

Salut les p’tits amis ! Hollis Kurman et Barroux, Rue du monde

Un album qui apprend à compter jusqu’à dix tout en contant l’exil à hauteur d’enfant. À découvrir en deux temps.

Si la couverture est joyeuse, la première double page est dramatique. Les regards sont graves mais le texte, lui, se veut léger. Il prend tout de suite de la distance avec des événements beaucoup trop lourds pour des enfants. Compter jusqu’à 10 ? Rien de plus facile. 1 bateau, 2 mains, 3 assiettes remplies… À chaque page, un chiffre et des choses à compter, en mode ludique et un peu pédagogique. Déjà 10 ?

Une histoire sans chiffre

C’est le moment de retourner au début de l’album pour lire les images qui content une histoire sans chiffre. Oui, il s’agit bien de deux enfants, d’un bébé et d’une mère qui fuient la guerre avant d’embarquer dans un canot de fortune, à ras de l’océan immense. Dans les journaux, on les appelle des migrants.

Les illustrations de Barroux racontent l’exil, la traversée de la Méditerranée, l’entraide en mer puis l’arrivée dans un pays inconnu. Sans nier la réalité, son trait singulier prend le parti de croquer les moments qui sécurisent, rassurent et réconfortent les deux enfants. Même loin de chez soi, on peut admirer les étoiles.

36 pages, 17 €. Dès 3 ans.

Au fil des pages une mouette accompagne les deux petits protagonistes dans ce périple forcé. Elle semble veiller sur eux puis disparaît une fois rassurée. L’illustrateur met alors en scène la solidarité, l’hospitalité et l’amitié dans un pays qui maîtrise le sens de l’accueil grâce aux associations qui n’ont pas peur de compter au-delà de 10.

À la fin de l’ouvrage, comme souvent dans les albums de Rue du monde, un petit texte documentaire rappelle à l’adulte une réalité souvent oubliée : près de la moitié des exilés sont des enfants, soit près de 10 millions. Tout est dit.

Articles similaires

Les Derniers branleurs de Vincent Mondiot lauréat du prix Vendredi

Les Derniers branleurs de Vincent Mondiot lauréat du prix Vendredi

« Le XIXe est un siècle extrêmement dur pour les femmes »

« Le XIXe est un siècle extrêmement dur pour les femmes »

Soleil glacé, Séverine Vidal, Robert Laffont

Soleil glacé, Séverine Vidal, Robert Laffont

Éric Pessan : « C’était le bon moment pour écrire cette histoire-là »

Éric Pessan : « C’était le bon moment pour écrire cette histoire-là »

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à Livresse

Blogs autour de la littérature jeunesse

Blog Coup de Cœur Chapitre.com
Livresse a été sélectionné comme Blog Coup de Cœur par Chapitre.com